AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une convalescence pas si tranquille que ça.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Une convalescence pas si tranquille que ça.    Dim 27 Jan - 10:53

Le voyage vers Utaï était accompagnés de doute et de peur. Tifa et elle avaient prit le dernier Hélicoptère pour laisser les autres arriver au plus vite.
Durant le trajet elles restèrent silencieuse à cause de l'inquiétude vis à vis de leur coéquipiers. Miory du passer quelques tests de routine mais tout avait l'air d'aller bien.
Le peu qu'elle avait vu du combat l'avait horrifiée, Zack à terre crachant des gerbes de sang. Genesis également à terre secoués par des spasmes, Squall et Linoa sérieusement amochés, Et Lucrécia à terre et complètement épuisée......

Toutes ces images tournaient dans sa tête et la rousse craqua. Des larmes roulèrent sur ses joues mais elle les essuya et tenta de retenir les éventuelles autres. La situation était déjà suffisamment compliquée, il fallait rester forte.

Dès leur arrivée à Utaï, tout les guerriers furent disposés dans une chambre privée et l'armée de soigneurs passaient de chambre en chambre.
Elle avait reçu l'ordre de se rendre dans la chambre préparée pour elle afin de se reposer mais ne tint pas une seule seconde.
Elle sortit et fut rejointe par Tifa qui elle aussi ne semblait pas vouloir dormir. Ni ne pouvait d'ailleurs.

Elles essayèrent d'aller voir leurs amis mais on leur interdit l'accès aux chambres.

- Mademoiselle Lockheart, si vous êtes suffisamment en forme vous pouvez venir nous aider pour les soins sommaires, mais mademoiselle Katsuki, si vous nous tombez dans les pommes en plein milieu d'un travail du fait de votre fatigue, vous ne ferez que nous ralentir. Comprenez ma décision. L’infirmière en cheffe se voulait catégorique.

Les deux amies échangèrent un regard et la rousse fit un signe de tête à Tifa afin qu'elle ne se sente pas coupable de pouvoir y aller. Faisant demi-tour elle s'éloigna dans les couloirs, qui au fur et à mesure de ses pas, devenaient de plus en plus silencieux et emprunt d'une atmosphère qui la faisait se sentir...si petite...

Malgré Sebastian elle était au courant pour le nouveau couple royal...Elle avait même cru apperçevoir la princesse Seisaku dans la chambre de Genesis...qui hurlait...le poison...
De nouvelles larmes coulèrent et elle se laissa glisser contre un mur sombre pour s'assoire sur le marbre froid. Cette fois elle se laissa aller.

La rousse resta là un bon moment, jusqu’à que le soleil couchant ne l’atteigne de ses rayons rassurant à travers une des imposantes fenêtre. En se relevant elle fut ratrappée par son état et ses jambes tramblèrent passablement. Aussi, elle entreprit de retirer ses talons qui n'étaient pas le meilleur soutien. Elle fut interrompue par une personne qu'elle conaissait de vue...et qu'elle avait confondu avec Zack il y avait de ça quelques mois. Noctis.

Il lui tendit un mouchoir blanc immaculé pour sécher les dernières larmes. Cependant elle eut un doute...enfin...pas de prendre ce mouchoir, mais de comment l'apeller...fallait-il faire une...révérence...?

Dans le doute elle prit le bout de tissu qui se revela être d'une douceur folle.

- Merci...majesté...

Il ne tiqua pas mais ne répondit pas non plus.

- Je me permet de vous déranger un instant, si vous voulez bien me suivre.

Un soldat jalli de nulle part et vint soutenir la demoiselle jusqu'a un salon entièrement noir ou il la fit installer. Ne prenant pas la peine de s'assoire également il reprit.

- Tout d'abord bienvenue en terre d'Utaï. Je voulais vous faire savoir que vous et vos compagnons pouvez rester en convalescence autant de temps que nécessaire. Je pense que se serait la meilleure chose à faire d'ailleurs.
De plus, il fallait que je m'entretienne avec vous au sujet de ce que vous avez vécu. Des spécialistes souhaitent vous poser des questions, si vous êtes d'accord il vous feront quérir dès votre remise sur pied.


- Biensur...elle sentait la fatigue la ratrapper sérieusement.

- Bien, mangez et reposez vous.

Un serviteur lui apporta de quoi se repaître et tous quittèrent le petit salon.
La demoiselle mangea puis s'allongea à même le canapé qui était très confortable, ayant la flemme de rejoindre sa chambre....et ne savant plus ou elle se trouvait.
Là elle s'endormit très vite.
Revenir en haut Aller en bas
Zack
Admin
Admin
avatar

Messages : 773
Date d'inscription : 06/05/2010
Age : 26
Localisation : Midgard

Feuille de personnage
Rang: Etudiant
Niveau: 12 / 100
Expérience:
2250/6000  (2250/6000)

MessageSujet: Re: Une convalescence pas si tranquille que ça.    Lun 28 Jan - 9:33


Une douleur inimaginable tiraillait son corps tout entier alors que pourtant, Lucrecia lui avait administré les premiers soins. Son état était certes déplorable et critique, mais il allait s'en sortit d'après les propos de la jeune et brillante infirmière. Alors qu'il luttait pour ne pas sombrer dans l'inconscience, la voie douce de la rousse raisonna dans le quartier général des Turks, emplissant le cœur de Zack d'une joie non dissimulée; un sourire s'afficha sur son visage. Quelques instants plus tard, plus rien, le trou noir complet: Le tiraillement douloureux de ses blessures s'estompèrent, le son des voix de ses camarades disparurent et sa vue se brouilla complètement. Il venait de sombrer dans les limbes de l'inconscience, son corps favorisant cette solution par rapport à la douleur incessante.

Une vive lumière irradia ses yeux clos et il les ouvrit timidement, levant sa main droite afin de l'opposer à la source de cette lumière. Il bascula bien vite sur le côté, se retrouvant assis sur un lit, dans une chambre qu'il ne connaissait pas; ses blessures le rappelèrent à l'ordre lorsqu'il tenta de se lever, et il remarqua rapidement que des soins plus profonds lui avait étaient administrés. Une femme entra peu après dans ladite chambre, un air sévère sur le visage.

- Monsieur Fair, est-ce bien sérieux de tenter de vous lever dans votre état? Devant le coup d'œil interrogateur du brun, l'infirmière reprit. Vous êtes à Jaryan, sur le continent d'Utaï. Vous et vos amis avez été rapatriés ici après votre combat, afin que vous puissiez paisiblement vous reposer. Elle poussa le jeune homme à s'allonger de nouveau et retira doucement l'un des pansements. Vous savez, votre état est encore critique et vous avez eu beaucoup de chance; à quelques millimètres près, cette blessure vous aurez été fatale.

Le jeune homme baissa la tête en direction de son estomac ou une entaille peu agréable était visible.

- Et les autres... comment vont-ils?

La soigneuse s'occupa de nettoyer la plaie, ce qui valut au passage un léger gémissement de la part du Balambien, et refit un pansement propre.

- Monsieur Rhapsodos est lui aussi dans état peu enviable mais les autres vont bien et n'ont besoin que de beaucoup de repos...

Zack soupira longuement, rassuré pour ses camarades. Son interlocutrice lui prépara une poignée d'antidouleurs sur une petite tablette toute proche et approcha également un verre d'eau. La médecine Utaïenne était la plus efficace que le jeune combattant Balambien n'ai jamais connus et il avait entièrement confiance en ses représentants. Quoi qu'il en soit, la guérisseuse entreprit de laisser son patient prendre un peu de repos et quitta la pièce; le brun l'interrompit.

- Je pourrais... la voir?

Elle se retourna, un sourire léger sur le visage et comprit bien vite de qui il voulait parler.

- Vous avez besoin de repos, et mademoiselle Katsuki également.

Elle quitta finalement la pièce et la Balambien fixa le plafond de la chambre dans laquelle il était cloitré, frustré de ne pas avoir la permission de se lever... espérant que son rétablissement soit rapide. C'est fou ce qu'il pouvait s'ennuyer, seul dans une chambre d'hôpital.

_________________________________________________


Spoiler:
 


Alors, suis-je devenu un héros à vos yeux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otherworld-forum.big-forum.net
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Une convalescence pas si tranquille que ça.    Lun 28 Jan - 9:54

Alors que le soir tombait doucement sur le palais, la rousse ouvrit les yeux. Elle se leva et retourna dans sa chambre, bizarrement il n'y avait plus personne dans les grands couloir sombre et...donc personne pour l'empêcher d'aller fouiner dans les chambres de ses amis...tout d'abord elle tenta de faire moins de bruit en retirans ses talons et ouvrit tout doucement la chambre de Genesis...il dormait a point fermés.
Elle ne voulu pas le déranger et se dirigea vers la chambre de Zack. Cependant une infirmiere en sortit et la belle du executer une pirouette et se coller contre un mur pour réussir a l'eviter, heureusement Nibi lui vint en aide et la ruse fonctionna.
Dans un eclair rouge elle se rua dans la chambre du brun et refermant la porte derriere elle, la rousse se rechaussa. Elle ne s'était pas attendue a ce qu'il soit éveillé et lorsqu'elle croisa les yeux azurs du brun son sang ne fit qu'un tour que déja elle avait traversé la pièce pour le serrer dans ces bras, en faisant attention a sa blessure.

- Zack....tu m'as tellement manqué. Elle sanglotait.

Elle ne savait pas si elle était la bienvenue ou non mais lorsqu'il fut remit de sa surprise et que ces bras fort l'enveloppèrent a son tour elle fut momentanément rassurée.
N'osant meme pas le regarder elle s'allongea près de lui et ne cessa pas de l'etreindre. Voila ce qu'il lui avait manqué depuis tout ce tenps.
Revenir en haut Aller en bas
Zack
Admin
Admin
avatar

Messages : 773
Date d'inscription : 06/05/2010
Age : 26
Localisation : Midgard

Feuille de personnage
Rang: Etudiant
Niveau: 12 / 100
Expérience:
2250/6000  (2250/6000)

MessageSujet: Re: Une convalescence pas si tranquille que ça.    Lun 28 Jan - 10:55

L'infirmière était partie en lui assurant qu'il devait se reposer avant toute chose. Le brun comprenait la nécessité de ne pas trop remuer mais quoi qu'il en soit, ce n'était pas le genre de situation qu'il aimait, loin de là. Il entreprit donc d'attendre quelques minutes, le temps d'être certain qu'aucune soigneuse ne trainait dans les couloirs, pour sortir. Pourtant, alors qu'il s'apprêtait à sauter du lit, la porte de sa chambre s'ouvrit et il resta allongé, une crise de douleurs lui tiraillant les entrailles, fixant une nouvelle fois le plafond d'un blanc immaculé de la chambre, incapable de tourner la tête pour voir le visage du nouvel arrivant présent pour s'occuper de son cas. Aucuns mots ne raisonnait, et il entendit seulement les pas lents d'une demoiselle en talons; il parvint tout de même à pivoter la tête pour apercevoir une belle demoiselle à la longue chevelure rousse et au visage angélique... Miory était là, à une poignée de mètre de lui, et il plongea son regard azur dans celui de la belle.
Sans plus attendre, la demoiselle accourut auprès du jeune homme, si rapidement qu'il n'eut même pas le temps de s'en rendre compte. Instantanément, les bras de la jeune femme se refermèrent autour du brun.

"Zack....tu m'as tellement manqué."

La demoiselle sanglotait; était-elle peinée de le voir dans un si minable état? Ou bien peut être était-elle simplement heureuse de pouvoir le prendre dans ses bras. Quoi qu'il en soit, la surprise du Balambien était gigantesque et il resta bouche bée; sa surprise ne dura qu'un temps et il rendit son étreinte à la demoiselle, l'enlaçant fort dans ses bras douloureux. Il n'avait pas l'intention de la lâcher de sitôt. La belle rousse s'allongea auprès du convalescent, ne desserrant pas son étreinte, blottissant son visage le long de son cou. Le brun embrassa la chevelure de la jeune femme avant de briser le silence.

- Pardon pour tout Mio. Zack raffermit son "câlin" et continua. Si tu savais à quel point je t'aime, et à quel point je m'en veux de t'avoir fait tant de mal...

Le Balambien tenta de croiser le regard de son homologue mais celle-ci ne semblait pas encline à bouger de son petit cocon.

- Je... j'ai eu tellement peur de ne plus jamais te revoir. Le jeune homme avait tellement de chose à lui dire, tant de sentiments à lui donner, tant de temps à rattraper. J'aimerais tellement avoir la chance de revenir dans le temps et de ne jamais t'avoir dit ce que j'ai pu te dire; Je t'aime Mio et j'espère que tu me pardonnera.

Maintenant qu'elle était là, dans ses bras, il ne la laisserait plus. Il savait que Genesis l'avait menacé de mort si jamais il tentait de la revoir après son sauvetage mais peu importe.

- Plutôt mourir que de vivre loin de toi...

Et il laissa une de ses mains caresser la douce chevelure de Miory alors que la seconde parcourait le dos de la jeune femme. Le petit couple semblait de nouveau soudé, enfin, encore fallait-il que la rouquine ne daigne accepter les excuses de son camarade Balambien, et qu'elle accepte ensuite de lui laisser encore une chance.
Il était tranquillement dans les bras l'un de l'autre depuis quelques instants, et ils devraient être tranquille encore de longues minutes avant qu'un ou une infirmière ne vienne troubler ce moment, et que celle-ci ne se fasse gentiment envoyé boulet par les deux jeunes gens...

« Plus jamais je ne te laisserais tomber Mio, crois moi, j'ai trop souffert de ton absence pour sa et je t'ai trop fais souffrir. »

Les minutes passèrent pendant lesquelles les sanglots de la belle rousse s’estompèrent, laissant place à un silence agréable, laissant les deux protagonistes se retrouver avec émotion et sentiment…



_________________________________________________


Spoiler:
 


Alors, suis-je devenu un héros à vos yeux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://otherworld-forum.big-forum.net
Seisaku
Membres
Membres
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 19/08/2011
Age : 24
Localisation : Utai

Feuille de personnage
Rang: Reine Utaïenne
Niveau: 10 / 100
Expérience:
0/5000  (0/5000)

MessageSujet: Re: Une convalescence pas si tranquille que ça.    Mar 29 Jan - 13:40

Elle était restée particulièrement soucieuse après le départ de Zack et Genesis et pas seulement au sujet de leur relation discordante. L’entité qu’ils allaient affronter était sans doute la plus terrible de toute et elle craignait que ses prières ne suffisent pas à leur apporter les bonnes grâces des cieux et leur protection … Elle était restée plantée devant la fenêtre, malgré l’agitation qui régnait dans le palais où les serviteurs s’activaient à la remise en place du pouvoir des héritiers légitimes. Songeuse, elle repensa à toutes les épreuves qu’elle avait traversées pour arriver jusqu’ici. Son amnésie semblait ne plus faire des siennes depuis qu’elle avait retrouvé Noctis mais elle craignait avoir perdu son don de divination par la même occasion.
Elle serrait contre elle son pendentif, c’était en réalisé une petite fiole de cristal remplit d’un liquide translucide éclatant. C’était la seule chose qu’elle avait réussi à préserver durant sa fuite il y a environ dix ans … C’était le cadeau d’une vieille Hermite qui passa jadis au palais d’Isil. Seisaku ne s’en souvenait pas elle-même car elle était encore en bas âge, mais ses parents et ses nourrisses n’avaient cessés de lui rapporter les étranges paroles de cette vieille femme.

« Voici un don des cieux pour votre enfant. Un mal plane au-dessus de sa tête, et le jour où il s’abattra sur elle, seule ceci pourra la sauver. C’est un élixir absolument unique, elle devra le protéger et le chérir plus encore que sa propre vie. »

Elle caressa doucement le cristal de cette précieuse fiole qu’elle n’avait jamais ouverte. Quel mal pouvait donc bien la menacer ? Quelle épée de Damoclès furetait donc au-dessus de sa tête ? C’est alors qu’elle méditait sur la question qu’elle fut prise d’un vertige. Elle posa la main sur un meuble qui se trouvait près d’elle afin de ne pas défaillir, Noctis était entré au même moment. Elle plongea sa tête dans sa main, sentant une étrange sensation oppresser son crâne. Elle connaissait cette sensation… Elle connaissait très bien.
Sa vue se brouilla mais elle ne chuta pas. Elle ferma les yeux alors que sa vision envahissait tout son être pour la terroriser. Elle fut brève mais pétrifiante. Ce diable venait de s’en prendre à Genesis … Le transperçant d’une lame empoisonnée. Elle avait également eut le temps de voir l’état critique de tous les autres guerriers, si bien qu’elle ouvrit subitement les yeux, se redressant promptement en braquant son regard sur Noctis qui se posait des questions sur l’état de son amie d’enfance.

-Genesis … tous … Ils vont avoir besoin de soin, il faut préparer leur évacuation et appeler tous les soigneurs que nous pouvons !

Noctis céda aussitôt à sa requête sans douter un seul instant de la belle. Une heure plus tard, les blessés débarquaient, certains très mal en point. Le plus grièvement blessé du lot restait Genesis, auprès duquel elle courut sans perdre un instant, accompagnée des meilleurs soigneurs.
Son agoni était telle que même lui ne pouvait supporter la douleur qui rongeait son corps et ses râles enserraient le cœur de la belle princesse un peu plus chaque seconde. Elle était terriblement inquiète et c’était peu de le dire.

-Il a dit que le poison mettrait vingt-quatre heures à l’emporter, vous avez cinq minutes pour me dire de quoi il s’agit ! S’enquit-elle auprès des soigneurs experts.

Elle prit alors la main de Genesis, vaine tentative de soulagement … Elle ne voulait pas le voir mourir, pas maintenant, pas après que ses derniers mots pour lui eut été des réprimandes sévères. Elle regrettait, elle n’y était pour rien et pourtant elle estimait que tout était de sa faute, elle ne pouvait pas s’empêcher de se sentir coupable. Elle tenta de soulager Genesis en appliquant quelques onguents de sa conception sur la plaie de son épaule mais cela semblait totalement inefficace. Elle passa sa main sur le front du soldat, repoussant quelques-unes de ses mèches rousses en le jugeant avec inquiétude et tendresse.

-Je vous en prie, tenez-bon …

Elle porta alors son regard sur les soigneurs, le visage sévère et durcit par la panique qui commençait doucement à l’envahir. Elle ne lâcha pas la main de Genesis pour la serrer un peu plus fort alors qu’elle s’adresser à ses subalternes.

-Alors, qu’est-ce que c’est ?!
-Majesté … Ce poison il …
-Quoi ?! Le temps presse, je vous prie !
-Majesté, ce poison n’a pas de remède.

Le visage de la brune se décomposa et son cœur se déchira. Non, elle devait avoir mal entendu.

-Il est sensé avoir disparu en même temps que son remède…

Elle les fixa avec intensité, comme pour les contraindre d’avouer leur mauvaise plaisanterie, mais ils semblaient tous parfaitement sérieux. Elle s’agenouilla alors près de Genesis, posant son autre main sur la sienne. Sa douleur lui était insupportable, elle ne pouvait pas rester là sans rien faire, à se laisser mourir dans pareille agonie. Elle le contempla longuement avec une désolation incommensurable alors que ses yeux indigo luisaient de milles larmes.

-Non …

Elle voyait l’aura solaire du guerrier s’éteindre petit à petit, perdant tout l’éclat qui la rendait si unique. Cette aura qui l’avait captivé dès le premier regard, qui avait éveillé en elle une passion et des sentiments dont elle n’aurait jamais soupçonné l’existence. Qu’était-ce donc ? Elle le savait très bien, mais il était bien trop mal venu de se l’avouer.

-Je ne peux … Souffla-t-elle.

Elle baissa la tête et porta une de ses mains contre son pendentif pour le serrer contre elle. Oui, le pendentif … Elle se redressa, l’arrachant de son cou pour l’arborer à la lumière, faisant éclater son liquide unique. Tous ses sujets s’échangèrent des regards ahurit et inquiet.

-Princesse, que faites-vous ?
-Ceci est capable de soigner tous les maux, de venir à bout du plus grand des poisons …
-Majesté, non, vous ne pouvez pas gâcher cet élixir unique pour …
-Je ne peux le laisser s’éteindre ! Objecta-t-elle en les réprimandant d’un regard par-dessus l’épaule.
-Mais princesses, vous serez en danger …

Elle se tourna doucement vers Genesis qui souffrait toujours. Sa douleur était telle qu’il ne devait même pas se rendre compte de ce qu’il se passait, ou alors trop faible pour réagir. Elle sentit cependant la main du soldat à l’aura solaire se resserrer sur la sienne, en signe de protestation ou peut-être juste à cause de la douleur. Elle lui caressa doucement la joue avant de passer sa main derrière sa nuque pour le redresser délicatement. Elle décapsula alors la fiole de cristal et la porta aux lèvres du roux.

-Je vous en prie …

Elle versa l’élixir dans la bouche du malade et s’assura qu’il ait bien avalé avant de reposer doucement sa tête contre l’oreiller. Derrière elle, ses sujets restaient pontois, parfaitement ahurit devant le geste de leur reine qui venait de sacrifier à l’instant sa vie pour celle d’un simple soldat, qui, de plus, n’était même pas Utaien. Au diable cette épée de Damoclès, le pire des malheurs pour elle aurait été de le perdre.

_________________________________________________

! Lost memories clic !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une convalescence pas si tranquille que ça.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Une convalescence pas si tranquille que ça.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quoi de plus tranquille que d'être seule dans un parc ? [PV Luuna Mc Gregor]
» Nuit tranquille..
» La vie n'est qu'un long fleuve tranquille (ou pas)
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)
» Luis Fernandez: la force tranquille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Otherworld :: •Le RPG• :: •Continent d'Utaï• :: •Jaryan, capitale Utainienne• :: •Grand Palais D'Isil•-
Sauter vers: