AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je trouverais un titre plus tard...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Je trouverais un titre plus tard...   Lun 6 Fév - 16:26

Elle se retrouver ici à nouveau. Cet endroit vide, un ciel sombre, une lueur mystérieuse émanant du sol recouvert d’une fine couche d’eau miroitante. Des cristaux semblaient émerger ici et là, s’entortillant et formant des formes abstraites. Un vent doux vint caresser son visage, soufflant doucement ses longs cheveux bleuté et lui apportant les effluves d’un parfum d’eucalyptus. Elle ferma les yeux, humant doucement l’air. Elle le sentait clairement, ce parfum frai, doux …

Elle se retourna en ouvrant à nouveau les yeux. Ses yeux jades se posèrent alors sur une présence bienveillante. C’était une femme magnifique, de longs cheveux d’or flottant dans l’air, la silhouette fine, une longue robe grecque blanche. Ses yeux azures étaient d’une profondeur à donner le vertige, comme si l’on pouvait y voir tout l’univers, en son entier infini.


Le cristal implanté en son sternum émit une vive lueur blanche. Elle passa doucement ses doigts sur sa surface lisse et senti une énergie pure chatouiller son épiderme. Elle reportant alors son regard de jade sur cette apparition divine et s’en approcha doucement avant de poser un genou à terre. Une brise légère souffla à nouveau ses cheveux, lui apportant un de doux murmures. Le souffle de la déesse. Ces mots, n’était prononcer d’aucune langue connu. Ce n’était pas des mots que l’on devait écouter et traduire, ces paroles se ressentaient, au plus profond de soi. Ses paupières se refermèrent doucement sur ses pupilles de jade afin qu’elle puisse mieux sentir le message de la déesse en elle.

Elle se réveilla doucement, le message était en elle. Le cristal scintillé encore, mais il s’éteint lentement alors qu’elle se redressait.

*La déesse a dit … Que les héritiers apporteront la lumière sur Utai … Dans un bain de sang.*

Elle porta son regard par la fenêtre où elle pouvait encore voir les étoiles briller dans un ciel d’encre. Très loin dans le firmament, commençait à rougir le soleil. Elle arbora une mine inquiète.

*Les héritiers légitimes vont bel et bien revenir pour reprendre le trône … Mais le sang coulera à flot par leur soif de vengeance … Ils voudront sans doute tuer le roi Crowguard, ainsi que …*

Elle se leva d’un bon allé se préparer en vitesse. Elle allait devoir se charger du levé du roi, de lui servir son petit déjeuner puis même chanson pour le prince. Alors qu’elle disposait quelques denrées sur un plateau, elle repensait à sa journée d’hier. Un sourire doux apparut sur ses lèvres. Elle se demandait si aujourd’hui aussi, le prince lui ferait l’honneur de pique niker avec elle dans le jardin. Mais elle en doutait, c’était un événement exceptionnel et la journée allait être plus chargé aujourd’hui.

*Les héritiers vont revenir, ils vont se servir de la force pour reprendre le peuple de Utai … Le Roi semble se préparer à une attaque, mais comment aurait-il pu savoir *

Elle s’empara du plateau et monta jusque dans les appartements du roi. C’était vivifiant de montrer toutes ces marches chaque jour, elle devait avoir les jambes les plus musclé de la cité ! Elle était très inquiète quant aux révélations de la Déesse. Elle avait peur de ce qui allait se dérouler, et des choix qu’elle allait devoir faire.

Elle se chargea de réveiller le roi, toujours aussi « aimable » … Elle le seconda alors qu’il discutait déjà avec sa femme. Celest devait avouer que sa position avait des avantages, elle était rapidement au courant des manigances de son roi. Et la révélation qu’il venait de faire la surprise autant qu’elle l’effraya.

*Il … Il a contacté les Espadas ? Il est parfaitement inconscient !*

Elle se passa cependant de tout commentaire et garda un visage neutre. Le roi s’adressa enfin à elle, lui donnant l’autorisation de sortir pour aller s’occuper du prince. Avant de sortir, il l’interpella.

-Et dite à mon fils de venir me voir dans la salle du trône à onze heuré précise.
-Bien, mon Seigneur.

Elle s’inclina en avant pour une révérence respectueuse et disparut dans le couloir. Elle prépara une second plateau, bien plus garnit et harmonieux celui-ci. Elle donna de l’harmonie dans les formes et les couleurs et ajouta même un petit bouquet de fleurs blanches et bleues. Elle eut un sourire satisfait et se mit en route vers la chambre de son prince avec qui elle avait passé une super journée la veille. Cependant, elle ne pouvait que penser au malheur qui approchait. Elle qui s’estimait si fidèle de la dynastie Lucis Caelum, était maintenant déterminé à protéger son prince, Xin Zhao Crowguard Yun … Elle savait qu’il ne méritait pas le même sort que son père, il était innocent. Et elle n’hésiterait pas à s’opposer au héritiers légitimes s’il attendaient à la vie de Xin.

Elle frappa à la porte, la coulissa et entra pour poser le plateau sur la table de chevet. Elle se dirigea alors vers le rideau et l’ouvrit en grand pour laisser le soleil déjà assez haut pénétrer la pièce.

-Bonjour mon prince ! Regardez cette belle journée qui commence !!

En effet, il faisait beau ce matin, le ciel était totalement dégagé. Elle s’amusa de voir la mine endormit du prince qui grommelait comme un ours sorti prématurément de son hibernation.

-Enfin presque … Prenez votre petit déjeuné, vous aurez besoin de toutes vos forces. Votre père vous convoque à 11h dans la salle du trône.

Celest imaginez qu’il vous entretenir son fils au sujet des Espadas et de la raison pour l’laquelle Utai était en train de se remilitarisé. D’une façon ou d’une autre, il avait dû apprendre qu’une attaque se préparait … ou alors ils envisageaient de s’étendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Xin Zhao
Membres
Membres
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 23
Localisation : Whuuu~

Feuille de personnage
Rang: Prince déchu
Niveau: 1 / 100
Expérience:
0/500  (0/500)

MessageSujet: Re: Je trouverais un titre plus tard...   Jeu 9 Fév - 5:00

«... Faust.»
«Xin Zhao.»


Cela commençait toujours de cette manière, dans cet endroit familier, classique. Le prince avait toujours une impression de déjà vu, en mettant pied ici. Xin Zhao aimait référer l'endroit à le ''bal de givre'', tout simplement parce que tout est blanc, comme si tout était recouvert d'une mince couche de neige, mais suffisant à ce qu'on ne voit plus rien de la texture initiale sur tout ce qui jonchait au sol.

«Tu ne me ''contact'' jamais, d'habitude. C'est bien la première fois.»

Le dragon chinois regarda son hôte d'une paire d'yeux rouges ennuyés. Malgré ceci, Faust garda un sourire en coin, avec un air sarcastique faisant croire qu'il était blessé par ses propos.

«Pourquoi es-tu si défensif ? N'ai-je pas le droit de visiter mon cher prince préféré ?»

Le dénommé étira légèrement les yeux, surpris par l'approche du dragon. Il secoua négativement la tête, ennuyé à son tour.

«Si tu n'as rien à dire, laisse-moi seul. J'ai besoin de ... réfléchir.»

La gigantesque bête ne put retenir son ricanement mesquin. Le dragon étendit une patte, et s'amusa à griffer le sol d'un seul de ses ongles tranchants.

«Tu n'as guère besoin de ce genre de choses, Xin Zhao. Seule la puissance compte, et c'est ce que je te donne. Tout ce qui te reste à faire est de t'en servir.»

Ah ça, l'héritier le savait déjà. Possédant depuis tout jeune une force inouïe au combat et une sensibilité pour le genre mystique des zanpakuthos, Xin Zhao était déjà bien avancé dans le domaine. Mais Faust amplifiait d'avantage tout cela. Cependant ... le prix était toujours très coûteux ...

«D'ailleurs, quelque chose se trame. Il va sans dire que je n'aime pas cela du tout. Pour assurer tes arrières ... je crois que je peux t'offrir ... un ''présent''. Oh, qu'est-ce qu'il pourrait arriver à Utaï sous tes faiblesses ! Oses-tu imaginer ?»

Faust dessina sur le sol de givre blanc, à l'aide de sa patte, un petit symbole. Le dragon passa la patte dessus, une fois terminée. Il releva sa tête de reptile et son regard rouge se fit insistant sur son maitre. Xin Zhao connaissait les symboles que Faust dessinait au sol. Le dragon possédait des connaissances anciennes, tout comme lui. Seulement ... Faust avait en mémoire un grand savoir ancien et le prince ne savait guère où celui-ci avait acquis ces connaissances.

«C'est un glyphe qui devrais amplifier tes aptitudes. Tu sais ce qu'il te reste à faire.»

La gueule du dragon s'étira en un joli sourire, faisant voir ses dents meurtrières. Lors de sa première rencontre avec la dent du dragon, c'était comme cela que tout c'était déroulé. Xin Zhao avait été choisi et pour certifier la chose, Faust avait dessiné un cercle au sol. Tout ce qui lui restait à faire, était de prendre place au milieu.

«Et tu sais le prix, en échange. Mais sous tes conditions, tu ne peux pas te permettre de refuser, n'est-ce pas ? C'est le devoir du prince d'être assez fort pour protéger sa patrie. Je le fais pour toi; estime-toi chanceux.»

Le jeune homme regarda le cercle. Un ... prix ?

«Le prix ?»
«Quelques petites heures de ta vie. Mais en échange d'être plus fort, cela en vaut bien la chandelle. Qu'en dis-tu ?»

Des heures de sa vie ? Ce n'était pas grand-chose, contre l'aide nécessaire de Faust. De toute manière, sa vie n'importait pas; Utaï avait seulement besoin de sa protection. À lui. La sienne. Sous une pression soudaine, l'héritier fut poussé à prendre son offre. L'influence de celui-ci devenait trop forte et sa manipulation était déjà trop rendu loin pour que son maitre puisse s'opposer. Coincé entre le feu et le précipice, Xin Zhao tentait de trouver une manière qui pourrait les sauver tous ... Utaï ... il avait entendu ... ce danger qui avait un trop grand potentiel, qui planait sur leurs têtes.

*Mon père, le roi, compte sur moi.*

Seulement, pour protégé Utaï, le prix était cher.
Xin Zhao disparut abruptement au moment qu'il fut au centre du glyphe, désormais absent du champ de vision du dragon. Celui-ci soupira, par le bonheur qu'il éprouvait. Une fois de plus, il avait réussi.

«Une fois de plus, mon cher petit Xin Zhao. Comme d'habitude, tu auras tout oublié à ton réveil. Stupide prince.»

Satisfait de lui-même, il prit son mal en patience et recoucha sa tête au sol.

«Il est trop dévoué. Cela lui fait perdre la tête. Tout de même ... c'est ce dévouement qui le pousse à faire le rituel encore et encore. Il est ... trop facile à berner, Faust eut un léger rire, et comme si ce n'est pas suffisant ... rentrer en contact avec lui de cette manière ne le marque pas. Il ne se souviendra même plus de cet instant même.»

Le dragon secoua la tête sous l'ironie. Avec ses mensonges, Faust ne faisait qu'accélérer le processus pour sortir de la dent du dragon et déloger l'âme de son cher maitre.

«Pauvre prince. Non seulement je suis en train de te clouer avec ce besoin de pouvoir ... mais je te dévore de l'intérieur également. Bientôt, tu disparaitras.»



Le sommeil de ce dernier ne se prolongea guère plus longtemps. Celest, qui avait fait interruption dans la chambre, procédait énergiquement et joyeusement. Xin Zhao ne put que grogner comme un dragon, sous l'ennuie de devoir se réveiller. En voilà une, une lourde tâche ... il grommela un ''bonjour'' suite à la salutation identique de la jeune femme.

Il prit plus de temps pour bien se réveiller que d'habitude. N'ayant pas la volonté d'ouvrir les yeux, Xin Zhao ne se sentait pas du tout en forme. Il finit par se convaincre lui-même et se redressa pour être assis sur les fesses. Bien qu'il ait accompli tout ceci avec une lenteur les plus endormantes, l'héritier planta son front dans l'une de ses mains, ressentant une vive douleur au crâne. Pas seulement cela, mais il était difficile d'expliquer comment il se sentait. Il ne se sentait ... pas bien du tout. Et étourdit. Voilà.

L'héritier leva la tête en se rappelant de la présence de sa petite et chère suivante. Seulement, quelque chose fut différente, sans qu'il ne s'en aperçoive. Contrairement à d'habitude, ses yeux naturellement dorés perçant se trouvait en ce moment d'un rouge sang les plus profonds.

«Ah, Celest, il eut une moue désolé, pardonnez-moi de vous avoir fait attendre.»

Il voulut demander ce qui l'attendait au cours de cette nouvelle journée, mais l'héritier fut pris par surprise. Son maux de tête disparut en un battement d'aile, ainsi que son étourdissement. Comme si rien ne s'était produit. Ses yeux reprirent leurs teints normaux. Le même doré qu'autrefois.
Xin Zhao tourna la tête vers les rideaux. Faust trainait fraichement dans sa mémoire. Avait-il eut un entretient avec lui ? Il tenta de se pencher sur cette question, mais quelque chose l'empêcha d'aller plus loin. Comme une barrière, qu'on avait installé dans ses pensées, ses souvenirs. Le même genre de barrière, qui lui enlève des faits vécus et par conséquent, finit par les oubliés.

Cette sensation était trop familière. Il était trop habitué. Dans le plus lointain de ses souvenirs, qui est sa liaison avec la dent du dragon, se fut son premier sentiment. L'impression du vide, de l'oubli ... et tout cela, sans qui ne s'en rende compte.
Il ferma les yeux, en fronçant les sourcils, mécontent. Après une longue minute de silence, il ouvra à nouveau les paupières. Faust ne vient jamais le voir. Il n'est jamais venu depuis le jour de leur liaison.

«Je ... m'imagine des sottises. Rien de cela n'est arrivé.»

Bien sûr qu'il parlait à son propre lui-même ! À voix haute, il tenta, en vain, de se convaincre.
Il retira les couvertures et sortit d'un air préoccupé de son lit. Par la Déesse, il essayait d'arrêter ses trains de pensés; mais rien n'y faisait.
Tout d'abord, Xin Zhao débuta sa journée en cherchant d'une façon absente et maladroite quelque chose qui pourrait bien lui attacher les cheveux. De son comportement trop distrait, l'héritier ne faisait que tourner en rond, plutôt que de réellement chercher. Il abandonna rapidement, avant de se tourner vers Celest, un peu perdu et craintif.

«Mon père ... vers onze heure ? Savez-vous de quoi cela s'agit-il ?» fit-il, plus concerné et sérieux à propos de ce sujet.

Avec le roi, cela n'était pas à prendre à la légère. Avant, il faudrait bien qu'il se remplisse l'estomac qui était en ce moment dépourvu d'un contenu à digérer ... mais ses inquiétudes empêchait l'héritier à réfléchir avec son ventre. Une chose qui n'arrive qu'au mille ans.

_________________________________________________
... Fate is but an intangible object. Even if fate is set in stone, as long as it runs contrary to the visions in which I believe, I shall smite it and break it.

A Dragon's Gentle Smile ...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Je trouverais un titre plus tard...   Jeu 9 Fév - 19:31

[HS : Vraiment désolée, il risque d'y avoir beaucoup de fautes dans ce poste, mon Word avec correcteur est HS et j'arrive pas à réparé le problème T-T]


Le brun eut grand mal à se lever, mais elle avait l'habitude. Les hommes, et surtout lui, avait toujours du mal a quitter les bras douillés de leur lit adoré. Elle était sûr que si elle ne venait pas le réveiller chaque matin, il passerait sa vit dans son lit, cette marmotte. Un jour elle allait devoir le trainer dehors dans ses couettes ... Enfin, elle espérait ne pas avoir à en arriver là, tout de même. Pour l'intégrité de son prince, il ne vallait mieux pas.

Lorsqu'il eut fini de sortir du brouillard, le jeune prince s'excusa d'avoir fait attendre la demoielle qui répondit pas un simple sourire chalereux. Elle avait l'habitude et de toute façon, son rang de lui permettait pas de se plaindre de la lenteur d'un prince ! Et puis, pendant que l'ous des caverne s'étirait, elle avait eut le temps de ranger quelques petites choses qui trainait et avait préparer l'équipement de son prince.

Lorsqu'elle posa à nouveau les yeux sur le brun encore vaseux, elle arbora une mine soucieuse.

-Vous avez bien dormit ?
Il était songeur et ne répondit pas.
-Tout va bien mon prince ?

Toujours pas de réponse. Sans doute n'avait-elle pas parlé assez fort, ou alors son prince s'était rendormit, assis et les yeux ouverts ? Ce n'était pas impossible, ça ne l'étonnerait même pas ! Non, il ne dormait pas. Il semblait très perturber par quelque chose. Il fini par lâcher quelque mot totalement hors de contexte.

«Je ... m'imagine des sottises. Rien de cela n'est arrivé.»

Elle n'osa pas demander de détails ou quoi que ce soit. C'était ses songes, ça ne la regardait pas. Mais elle était inquiète tout de même. Alors qu'il lui demandait des précisions sur la convocation de son père, elle lui apporta le plateau garnie de mets au fumé délicieux. Elle surveillerait le prince pendant qu'il mangerait, il était parfois tellement dans le brouillard et si inocent le matin, qu'il serait capable de manger les quelques comos blanche que Celest avait ajouté au palteau pour décorer.

-Je l'ignore mon prince, mais cela avait l'air sérieux. C'est sans doute pour une raison milliaire ... Enfin, j'imagine. Elle marqua une pause et afficha un sourire amusé. Ou peut-être veut-il vous présenter votre future promise ! Il serait temps, non ?

Elle resta près du prince et le laissa manger un peu, ne voulant l'abassourdire de questions dés le réveille, bien qu'elle le fasse de temps en temps ... Il commença à manger avec lenteur, ce qui était étrange, puis il accéléra pour reprendre son rythme habituelle. Sans doute avait-il eut besoin d'un peu d'échauffement ?
Inquiète, elle lâcha enfin la question qui lui brûlait les lèvres.

-Vous n'avez pas l'air bien mon prince, la nuit a été dificile ?

Elle craignait pour sa senté. Faust était une antité nocive, pire qu'un cancer, qui vous dévore de l'intérieur, lentement mais surement. Elle aurait aimé l'aider, mais elle ne pouvait pas. Elle ne savait même pas comment faire. Peut-être que les héritiers pouront l'aider ? S'ils ne décident pas de tuer Xin Zhao avant ...
Non, elle ne le permettait pas. Elle ne pouvait pas se faire à l'idée d'abandonner Xin, malgré sa fidélité envers la dynasti de Lucis Caelum. Elle le sentait au plus profond d'elle même, elle devait le protéger. Comme ... Une grande soeur, ou un ange gardien. Ange gardien ... ça lui plaisait ce mot. Elle avait toujours senti que quelque part, elle aussi elle en avait un. C'était grâce à son ange gardien qu'elle était encore en vie, et que sa mère l'était aussi. Du moins, c'est ce qu'elle aimait croire.

*Je vous libérerais de Faust, quoi qu'il m'en coute. Car vous méritez de vivre heureux.*

Mais pour cela, elle devait se résignait à attendre encore un peu. Attendre que l'usurpateur de trône soit enfin écarté. Elle essayé de se projeté dans un tel avenir. Que fera-t-elle lorsque la dynasti Lucis Caelum sera revenu au pouvoir et que Xin Zhao sera libéré de son fardeau ? Continuerait-elle de servir à la fois Xin et Noctis ?
Voyager ... Elle aimerait voyager après ça. Elle était séquestré dans le palais, avait de rare permission pour aller dans quelques cartier de la capital. Elle rêvait de voir le monde, Utai en son entier mais aussi au delà. Beaucoup parlait du monde extérieur. Il y avait du bon, du mauvais, mais elle ne voulait pas se contenter des rumeurs, elle voulait le voir de ses propres yeux. Elle se demandait si Xin Zhao serait près à la suivre pour un tel périple.
Elle n'était pas encore rendu là ... Avant, elle allait devoir affronter la guerre et libéré l'âme de Xin Zhao.
Revenir en haut Aller en bas
Xin Zhao
Membres
Membres
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 23
Localisation : Whuuu~

Feuille de personnage
Rang: Prince déchu
Niveau: 1 / 100
Expérience:
0/500  (0/500)

MessageSujet: Re: Je trouverais un titre plus tard...   Mar 14 Fév - 4:55

[HS: T'inquiètes, c'est perfect ! Moi je m'excuse pour mon retard ...]


Xin Zhao ne resta pas longtemps sur ses pieds, qu'il vint déjà rejoindre à nouveau son lit, pour s'y asseoir. Celest, aussi serviable que d'habitude, (c'est normal en fait ...) apporta à son prince un plateau, garnit de nourriture. Dès le matin, la faim le rongeait déjà ... et il avait l'impression qu'il était carrément en train de se digéré de l'intérieur. Pensif, il prit ses premières bouchés petites et très lentement. Une fois bien exercé, Xin Zhao ne pensa plus à ses songes; non, il est simplement incapable de faire quelque chose d'autre en même temps que de manger. De toute manière, son déjeuner était une fois de plus trop appétissant pour que celui-ci s'attarde sur ses craintes. Simple d'esprit ? Ah, peut-être.

Celest vint le rejoindre sur le bord de son lit, l'observant, pendant qu'il s'achalait sur sa nourriture. Elle vint répondre à son interrogation.

-Je l'ignore mon prince, mais cela avait l'air sérieux. C'est sans doute pour une raison militaire ... Enfin, j'imagine. Ou peut-être veut-il vous présenter votre future promise ! Il serait temps, non ?

Le prince leva les yeux un moment, inquiet. Une ''future promise'' ? Il ne savait pas trop ce que cela représentait. Surtout pas les sentiments que cela enrôle. Encore une autre chose compliquée; il préférait -et espérait- que ce serait une rencontre pour chose militaire. Mis-à-part si tout ceci promet d'être néfaste pour Utaï ... ce qui commença à l'inquiété. Surtout si cette affaire se prouve très, très importante.

Xin Zhao secoua un moment la tête, affichant un refus face aux suppositions de sa servante. Bon, la première semblait très plausible, mais la deuxième était un gros non catégorique. Xin Zhao préféra se taire et ignorer la chose puis continua ce qu'il faisait toujours; manger. Son silence cependant n'eut guère l'air d'avoir fait plaisir à la petite demoiselle. Même que celle-ci semblait inquiète, à son tour.

-Vous n'avez pas l'air bien mon prince, la nuit a été difficile ?

L'héritier arrêta son mécanisme à la fin de cette phrase, pour prendre le temps de réfléchir. Il se mit à scruter Celest, pour essayer de comprendre. Ses sourcils étaient légèrement froncés, montrant sa concentration et l'effort qu'il y mettait.

«Je ... vais bien.»

Il ne sut quoi d'autre à ajouter. Tout d'un coup perplexe, voir surpris, le prince se fit timide et fit fuir son regard sur sa petite (grande) personne, le menton vers l'intérieur. Était-il si facile à lire ? Ou Celest avait encore eu de nouveaux pouvoirs, grâce à ces fichus papillons (il grinça à cette pensée). Xin Zhao eut une moue. Ce n'était pas possible, il était dépourvu d'émotions majeurs et rien ne traversait son expression stoïque, aussi dur que de l'écaille de dragon.

Enfin, il posait souvent des questions, cela était vrai. Il faisait aussi part de ses grandes ambitions et ses appréhensions qui accompagnaient sa volition infatigable. Mais ... des sentiments ? Ses troubles concernant Faust ? Ça, il ne l'avait jamais fait. Était-il donc si anxieux au point de s'en apercevoir ?

«C'est ... gênant. Et je suis pourtant prince d'Utaï.»

L'héritier fixa un long moment le peu de restant qui subsistait sur le plateau. Il cligna lourdement les yeux, à répétition, avant d'élever ses yeux dorés vers la petite demoiselle.

«C'est Faust. J'ai cru le voir ... encore. Mais c'est impossible. Depuis ma première rencontre avec lui, Faust est demeuré silencieux; il n'y a aucun moyen de le voir.»

L'héritier plaça lâchement sa main sur son propre torse, la paume situé proche de son cœur.

«Il resserre son étreinte, parfois. Je le sens, il est enroulé autour de mon cœur. Mais n'ayez craintes, Faust ne fait aucun mal. Il est bienveillant, c'est un dragon, après tout. Les meilleures créatures qui soient. Ce sont des envoyés de la Déesse.»

Est-il vraiment ? Xin Zhao n'osait pas douter. Jamais Faust n'avait tenté quoi que ce soit pour le nuire. Il pouvait presque dire qui le surveillait. Et cela ... était loin d'être faux. Le dragon a toujours son grand regard de reptile rouge fixé sur lui.

Si Faust ne lui avait pas encore adressé la parole, selon lui, était parce qu'il n'avait toujours pas le mérite pour. Cela ne le peina pas, loin de là. Il doublait d'effort à chaque entrainement et son dévouement infini prenait toujours de l'ampleur. Que pouvait-il faire de plus ? Pourtant, il ne demandait rien au monde. Comment être digne de Faust ? C'est une tâche bien lourde que l'hôte de la dent du dragon de comprend pas.

Xin Zhao finit rapidement le restant de son déjeuner, ne désirant laisser aucun reste. Se serait montré un cruel manque de respect envers la nourriture et plus particulièrement envers Celest. Dès qu'il eut finit de bien remplir son mâche-patate, Xin Zhao prit le poignet de Celest d'une manière enthousiaste. Sauf que son regard n'était pas de même; ses orbes dorés avaient repris une de ses ''expressions habituels'' (du moins, celles qui restent). Eh oui, le regard réprobateur, un peu sévère.

«Cependant, vous devriez vous inquiétez pour vous-mêmes et arrêtez de vous faire du souci pour moi. Je refuse d'être un fardeau pour quiconque. Particulièrement vous.»

Tout au long, il se fit insistant. Non seulement l'inquiétude de sa servante le gênait, mais il était aussi frustré contre lui-même. Agir de la sorte était loin d'être ... professionnel en tant qu'héritier.

«Je suis grand, et vous êtes toute petite. C'est moi qui devrait prendre soin de vous.»

Sa logique dans cette phrase ? Je ne prends pas la peine d'élaborer; devinez-vous mêmes !
Parce que parfois, il devait l'avouer, elle semblait si frêle qu'un coup de vent allait l'emporter ou l'écraser par terre. Mais il ne retirait pas les mots qu'il lui avait dits hier; la présence et les conseils de la demoiselle le réconfortaient. Il était rassuré et il n'avait dit que la vérité. Serait-ce trop demander que pour une fois, il soit celui qui rassure sa compagne au lieu de toujours l'encombrer ? En tant qu'homme et héritier du trône d'Utaï ... le prince dragon se sentait embarrassé et humilié par ses faiblesses.

_________________________________________________
... Fate is but an intangible object. Even if fate is set in stone, as long as it runs contrary to the visions in which I believe, I shall smite it and break it.

A Dragon's Gentle Smile ...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Je trouverais un titre plus tard...   Mer 15 Fév - 16:17

Son prince sembla un instant hésitant. Il dévorait son déjeuner et semblait à la fois hésitant sur les confidences qu’il s’apprêtait à faire à la jeune servante aux longs cheveux bleutés. Lorsqu’il eut vidé le contenue de sa bouche, il embla enfin se décider à se confier.
Celest ne le lâcha des yeux une seconde, gardant un air attentionné inquiet dans ses yeux jades. Il avait donc rêvé de Faust. Même s’il n’était pas sûr de lui, Celest savait ce que cela signifiait. Elle avait très peur pour lui maintenant. Si le vieux dragon commençait à se manifester ainsi, il y avait de quoi craindre pour l’âme du jeune prince.

Elle baissa finalement la tête d’un air désolée lorsqu’il tenta de se rassuré en disant que les dragons était des créatures biens veillantes. Oui, les dragons étaient des esprits bon, mais Faust … c’était autre chose. Un esprit bien trop puissant, qui demandait bien trop à son hôte.

Elle avait tellement envie de l’aider, mais elle était totalement impuissante pour le moment. Elle s’en voulait pour ça. Elle se trouvait être une bien piètre servante, incapable d’aider son prince.
Alors qu’elle laissait le remord la ronger, le jeune prince reprit la parole, plus confiant.

« Je refuse d’être un fardeau pour quiconque, particulièrement pour vous »

Elle posa ses yeux jades sur son prince. Elle était sa servante et voilà qu’il prenait soin d’elle. En même temps, qui ne voudrait pas prendre soin d’une si adorable petite demoiselle ? Avec son gabarit de crevette on a tous envie de la porter au-delà des batailles pour la mettre bien à l’abri dans un havre de paix fleurit qui correspondrait bien à l'image qu’elle dégage.

« Je suis grand et vous êtes toute petite. C’est moi qui devrais prendre soin de vous. »

Ajouta le prince de son air habituel. Celest interprétait cet air comme à la fois maladroit, enfantin et aussi très franc. C’était la marque de fabrique du prince Xin Zhao, il n’y en avait pas deux comme lui, il était unique, son cher prince.
Un sourire amusé apparut aussitôt sur les lèvres de la demoiselle et elle laissa un léger ricanement gêner sortir doucement de sa gorge. Décidemment, c’était une obsession pour lui sa petite taille ! La petite Celest et ses papillons. Elle se redressa et débarrassa le plateau du brun.

-Je suis peut-être petite, mais je suis votre servante, c’est mon rôle de prendre soin de vous. C’est un devoir et un plaisir d’ailleurs.

Il avait beau être grand et bâti comme une armoire à glace, la demoiselle ne pouvait s’empêcher de lui trouver un je-ne-sais-quoi de fragile, dans ses yeux, comme un enfant égaré. Plus elle le regardait, plus elle avait envie de le protéger. Elle, avec ses petits bras maigrichon et sa taille minuscule. Elle qui avait si peur de la violence et de la haine. Elle qui parfois devait dormir avec une chandelle par peur du noir … Elle se sentait plus forte aux côtés de son prince, sans doute parce qu’il était la personne qui avait le plus besoin d’elle.

-Vous êtes loin d’être un fardeau pour moi, ou pour qui que ce soit d’autre.

Elle se tourna alors vers la fenêtre, sentant une lointaine odeur de pluie. Le ciel était dégageait au-dessus de leur tête, mais de sombre nuage chargé d’eaux et d’électricité semblaient approcher au loin. Des sombres jours s’annoncé sur la cité mystique de Utai.

*Le retour des héritiers …. Dans un bain de sang*

Le sang de qui ? C’était ce qui préoccupait le plus la demoiselle. Elle eut une mine inquiète, frôlant l’angoisse avant de se reprendre en main. Elle afficha un sourire doux à son jeune prince.

-Il va pleuvoir en fin de matinée ! Couvrez-vous bien mon prince.

Elle jeta alors un œil sur la pendule et s’approcha de la porte coulissante en bloqua le plateau contre sa hanche. Elle ouvrit la porte quand une autre servant arrivant juste devant elle. Elles se saluèrent maladroitement et sa collègue lui proposa de la débarrasser du plateau du prince. Celest accepta et se tourna vers le jeune homme.

-Je vais vous faire couler un bain, je pense qu’il vaut mieux que vous voyez détendu pour la journée qui vous attend.

La petite demoiselle disparut dans le couloir pour se diriger vers la salle des bains où elle s’empressa de faire couler de l’eau bien chaude parfumé au jasmin. Elle vérifia la température à plusieurs reprises et prépara serviettes et peignoir pour le prince. Elle n’oublia pas le canard en plastique et sorti de la pièce pour croiser quelques soldats en patrouilles. Elle les suivit du regard, impressionnée. La vue des militaires ne l’avait jamais rassuré, et il y en avait de plus en plus. Elle laissa ses doigts se balader son le cristal de la déesse qui ornait son sternum pour retrouver un peu d’assurance.

*Les Espadas … Tout va mal tourner … et je ne peux rien faire …*

[HS : franchement désolée pour ce truc médiocre XD et bonne chance pour enchainer la dessus ...]
Revenir en haut Aller en bas
Xin Zhao
Membres
Membres
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 23
Localisation : Whuuu~

Feuille de personnage
Rang: Prince déchu
Niveau: 1 / 100
Expérience:
0/500  (0/500)

MessageSujet: Re: Je trouverais un titre plus tard...   Jeu 16 Fév - 4:00

-Vous êtes loin d’être un fardeau pour moi, ou pour qui que ce soit d’autre.

S'il pourrait sourire, il y aurait mis tout son cœur face à ce si joli compliment.
Au lieu, Xin Zhao resta assit, bien immobile. Il ne fit qu'étirer légèrement ses yeux bridés sous sa surprise. Ah, il avait beaucoup de chance d'avoir une telle servante. La Déesse lui avait apportée une des meilleures, voir la meilleure, qui pouvait l'accompagné.
Xin Zhao fixa la chevelure de Celest quand celle-ci était préoccupée à regarder dehors, à travers la fenêtre. Il fut d'abord étonné un moment de n'avoir jamais vraiment regarder la longueur de ceux-ci. Bien que Celest fût plus petite que lui, elle avait les cheveux nettement plus longs. C'était curieux. Elle s'arrosait peut-être les cheveux ? En tout cas, la couleur bleuté de sa chevelure est une teinte qu'on ne retrouve pas très souvent. Particulière, cette lilliputienne. Vraiment.

-Il va pleuvoir en fin de matinée ! Couvrez-vous bien mon prince.

L'héritier ne répondit rien face à cela, scrutant attentivement sa suivante. Quelque chose la perturbait, la rongeait. Cependant, il ne fit rien. Il se contenta de hocher la tête, démontrant qu'il avait bien compris. Au même moment qu'il regarda à l'extérieur, il sentit Faust se tortillé un moment. L'hôte grinça silencieusement comme un dragon à la sensation désagréable, avant de sortir lentement de son lit. Il chercha de nouveau quelque chose pour s'attacher les cheveux, mais en vain. Il bouda sous sa malchance. Celest avait-elle caché les élastiques, rubans, enfin, tout ce qui pourrait être susceptible de lui attacher la chevelure ? Il sortit la lèvre extérieure. Pas content, le prince. Les cheveux détaché, ce n'était pas pour lui. Ah non, il n'aimait pas du tout cela !

Avant qu'il puisse interroger sa petite suivante, Celest s'activa tout de suite vers une nouvelle tâche.

-Je vais vous faire couler un bain, je pense qu’il vaut mieux que vous voyez détendu pour la journée qui vous attend.

Puis elle disparue, laissant son prince muet, debout en pique dans le milieu de sa grande chambre. Monsieur bouda à nouveau. Repensant a ses cheveux, il crut peut-être bon de se les couper. Devrait-il ? Xin Zhao prit une de ses longues mèches de cheveux entre ses doigts, ne comprenant pas vraiment pourquoi il les avait si long. Pourquoi des cheveux, de toute manière ? Ça ne servait a rien. Sur une seconde note ... peut-être que les cheveux étaient une source de pouvoir ... il était fort, voilà pourquoi il avait les cheveux longs ! Celest, quand a elle, était très gentille et avait également les cheveux longs. Les cheveux, c'est vraiment plein de pouvoir !

Oh purée, c'est comme avec les papillons. Les cheveux et les papillons, peut-être que c'était quelque chose de relatif ?

Xin Zhao attendit quelques minutes, avant de se souvenir qu'il existait bel et bien. Le prince d'Utaï se mit à bouger à son tour, passa par les cuisines pour manger quelques fruits; particulièrement des raisins. Il finit par se faire chasser -d'une manière plus que polit, bien sûr, de peur que le prince dragon rugisse et les mordes- par les serviteurs présent. Puis, il le fallait bien, puisque laisser Xin Zhao en liberté dans une cuisine signifierait rupture de stock en nourriture ...

Nue pieds, comme d'habitude, il se fit faire la remarque à plusieurs reprises par quelques servantes en pleine besogne. Elles lui rappelaient que leur cher prince allait de nouveau se faire mal aux pieds, s'il continuait toujours de ne rien chausser. Cependant, Xin Zhao fit le sourd d'oreille et marcha, la tête droite, jusqu'au bain. Lorsqu'il apercevait une servante, l'héritier faisait un passage éclair, afin que la dame ne remarque pas ses petits pieds nus.

Oh mais qu'est-ce qu'ils sont malins, ses pieds ! C'est absurde !

Pour Xin Zhao, avoir les pieds nus, était une de ses plus grandes joies; mais aussi la seule manière de se rebeller. Malgré que cette oublie était plutôt fait inconsciemment ... oh et puis, c'était de la faute de Celest, elle l’influençait !
L'héritier se rendit où son bain l'attendait patiemment, en bouillant. Bien qu'il remarquât l’absence de Celest, il n'y prêta pas vraiment attention. En y plongeant un premier pied, il fut déjà satisfait; l'idée d'un bain finalement était plutôt très agréable. Alors qu'il s'apprêta à y mettre l'autre pied, il se souvint qu'il portait toujours son yukata léger pour dormir. Il défit rapidement le petit nœud de l'obi dans son dos et envoya son vêtement quelque part dans la pièce. Fière comme un gosse qui réussit à se déshabiller tout seul, l'héritier posa les fesses dans le fond du bain, s'habituant à la température bouillante du bain. Sous la détente un peu trop agréable, il fit clapoter l'eau, tapant de ses deux mains la surface de l'eau.

En repensant à la réunion qui l'attendait avec son père, il eut une petite moue. Aujourd'hui, ce ne sera pas calme. Ce ne sera pas comme hier. Cela rendit l'humeur du prince un peu triste. Il aimait l’atmosphère qu’il y avait hier; cela différenciait de celles qu’il vivait quotidiennement.

Ne bougeant pas, il attendit que Celest se manifeste. Même quand elle fit intrusion dans la salle, il ne bougea toujours pas. Oh non, pas qu'il était mécontent ou qu'il boudait; mais notre cher prince était concentré à savourer la petite détente de son bain. L'entrainement était une chose qui était sans pitié, et l'eau chaude remédiait vivement à la relaxation de ses muscles.

Quand Celest fut à proximité, Xin Zhao lui posa une question qu'il n'eut guère le temps de réfléchir par lui-même.

«Devrais-je me couper les cheveux, Celest ? Les cheveux longs, n'est-ce pas pour les jolies jeunes femmes comme vous ?» fit-il, sérieux et pensif.

Oh là, si la longueur de cheveux est bel et bien spéciale, il ne voulait guère les coupés.
Il repensa à la pluie que Celest avait annoncé, puis il ajouta, presque déçu;

«Alors, il y aura vraiment de la pluie aujourd'hui ? C'est ... dommage. Utaï est encore plus belle sous le soleil. La journée d'hier ... va être un moment qui sera difficile de répéter.»

Oui, parce qu'il avait vraiment adoré son escapade et le temps qu'il eut à l'extérieur. Le jardin, rien de mieux. Jouer de l'erhu au soleil, c'est encore mieux. Mais être accompagné de Celest plus comme une véritable amie au lieu d'une simple servante, était encore meilleur.
Amie ? C'était un nouveau terme. Un nouveau mot. Peut-être qu'il commençait à comprendre la définition qu'il entreprenait. Cela le rendit heureux.

_________________________________________________
... Fate is but an intangible object. Even if fate is set in stone, as long as it runs contrary to the visions in which I believe, I shall smite it and break it.

A Dragon's Gentle Smile ...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Je trouverais un titre plus tard...   Ven 17 Fév - 18:55

Elle était partit en quête quelques sels de bain quand elle surprit une discussion énigmatique entre deux gardes assurant que la rumeur disait que les Espadas ne tenait pas le compromit fait avec le roi. Ils auraient déjà tué plusieurs gardes royales. En fait, personne n’avait de confirmation, les corps avaient était retrouver sans que l’on puisse trouver un indice accusant les Espadas. Le roi avait était mis au courant mais ne prit aucune mesure pour cette simple rumeurs. Cela avait dû le plonger dans le doute et il devait être en train d’assurer ses arrières, mais il était trop tard, Celest l’avait bien comprit. Le roi avait signé son arrête de mort le jour où cette folle idée lui vin à l’esprit. Le problème, c’est qu’il n’avait pas mis que sa vie en jeu, il avait empêtré tout Utai dans ce danger.

Elle aurait aimé qu’un miracle se produise, mais aujourd’hui la pérennité de Utai était en grand danger. Rien de pouvait empêcher cela, pas même la déesse qui était réduite à verser des larmes silencieuses. Le sang allait couler et ce, de toute part.

Elle s’éloigna doucement, emportant son panier plein de sels de bain ainsi que de vêtements pour son prince. Elle avait choisi un de ses kimono les plus classieux en vue de la réunion qui se préparait. Elle entra discrètement dans la salle de bain où le prince était déjà en train de mijoter dans une eau naturellement blanchâtre, presque semblable à du thé.
Elle déposa son panier dans un coin de la pièce et étendit le kimono avant de s’emparer des sels de bain. C’est alors que le jeune homme eut une bien curieuse question. S’il devait couper ses cheveux ? Et puis quoi encore ? Si il se coulait les cheveux, elle coupait les ponts ! Ho non, les cheveux longs lui allait tellement bien, elle n’imaginait même pas la tête qu’il aurait les cheveux cours, et elle ne voulait même pas essayer !
Elle fut tout aussi surprise de la remarque qu’il ajouta après sa question, remarque très flatteuse qui eut pour effet de colorer de pourpre les joues de la demoiselle. Elle préférant cependant ignoré le compliment.

-Je vous interdis de vous couper les cheveux ! Ils sont très bien comme ça, très beaux, tout soyeux en plus, pourquoi vouloir les couper ? Vous voudriez vraiment me priver du plaisir de ses brosser ?

Elle lâcha quelques sels de bain dans l’eau qui ne tardèrent pas à dégager leurs odeurs douces et apaisantes. Le jeune prince eut alors son petit air boudeur en demandant s’il allait vraiment pleuvoir. C’était une certitude, on pouvait voir le ciel s’assombrir à une vitesse hallucinant par la fenêtre. Celest observa un instant les épais nuages sombre envahir silencieusement le ciel de la citée. Elle s’arma ensuite du jet d’eau pour braquer son regard de jade sur sa cible : la tête du prince.

-Ne vous en fait pas mon prince, il est dans l’ordre des choses que nous ayons quelques jours de pluie. Après ça, le soleil reviendra et les fleurs du jardin n’en seront que plus resplendissantes, vous verrez.

A ces mots, elle déversa une bonne rasade d’eau sur la tête du prince qui ne sembla pas apprécier la surprise. Celest réprima un rire amusé et se contenta de sourire. Elle appliqua un peu de champoing sur la longueur des cheveux sombres du brun et commença à frotter énergiquement.

-Ne râlez pas et fermez la bouche ou alors vous allez avoir un drôle de gout sur la langue ! Conseilla-t-elle joyeusement.

Elle aimait bien s’occuper de son prince (surtout quand il est tout nue HEIN !!!) lui laver les cheveux étaient une vraie partie de rigolade à chaque fois. Son prince ronchon !
Elle lui colla une nouvelle fois le jet d’eau au-dessus de la tête pour rincer toute cette mousse blanche qui s’était accumuler et s’empara d’une crème de soin et commença à l’appliquer soigneusement sur toute la longueur. Elle enroula ensuite toute cette longueur de cheveux.

-Allongez-vous et détendez-vous le temps le temps que le soin fasse effet.

Elle coinça un coussin de bain sous le dos du prince afin que la position soit agréable et elle s’éloigna pour aller préparer les affaires les affaires du jeune homme. Elle défroissa le kimono comme il fallait et sorti le reste des accessoires pour les disposer de façon à ce que l’habillage ailles vite. Elle alla ensuite étendre serviettes et peignoir le long sur chauffage mural afin que son prince trouve le tout bien chaud en sortant de son bain.
Celest surveilla l’heure, mais ils avaient encore le temps.

Elle posa une nouvelle fois son regard par la fenêtre, cette fois le ciel s’était clairement assombrit.

-Si vous avez vraiment envie d’un pique-nique malgré la pluie, nous pourrons toujours nous installer dans les jardins intérieurs du palais ? ça n’aurait pas le même charmes que l’air pure extérieur, mais ça peut être agréable de se retrouver tout la pluie sans qu’elle ne puisse nous nuire.

Les jardins intérieur était sous une galerie vitré, permettant d’être protéger des intempéries tout en se croyant presque à l’extérieur.
Comme elle connaissait bien son prince, elle sortit une petite surprise de son panier. Sur un grand plateau épousant parfaitement la forme de la baignoire, elle avait apporté quelques-uns des fruits préféré de son prince (comme si il n’avait pas assez eut au petit déjeuné … Non, elle savait qu’il n’avait pas assez eut !)
Elle apporta le tout au jeune prince, arracha une petit boule de raisin.

-Ouvrez grand ! Sourit-elle.

Il ne se fit pas prié et elle expédia la petite boule verte dans la bouche du brun.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je trouverais un titre plus tard...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je trouverais un titre plus tard...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» souvenir du passé....(libre)(pas d idée de titre)
» Le Seigneur des Anneaux, autre titre ?
» Bélier (limite minimale du nombre de caractère du titre : check !)
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].
» apres l' heure, c'est trop tard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Otherworld :: •Le RPG• :: •Continent d'Utaï• :: •Jaryan, capitale Utainienne• :: •Grand Palais D'Isil•-
Sauter vers: