AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un instant de repos au milieu de la cavale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Un instant de repos au milieu de la cavale   Mer 1 Fév - 12:58

Elle était toujours inquiète lorsque son frère parlait ainsi de « sa mère ». Elle qui avait vu un petit espoir de le ramener était maintenant en proie à la déception. Elle ne devait pourtant pas renoncer ! Elle le ramènerait à la raison et se jour ils rentreraient ensemble à Midgard, sans se cacher. Non, elle n’y croyait pas vraiment. Elle savait que c’était peine perdu, elle doutait de sa conviction la plus forte. Elle espérait simplement parvenir à faire oublier sa haine à son frère au moins quelques jours, quelques semaines … Espérait plus était saugrenu.
Décidemment, le Zanpakutho de Sephiroth était incroyablement puissant pour être ainsi lié à lui et pour parvenir à lui fournir de telles informations. C’était inquiétant, très inquiétant. Jusqu’à quel point était-il sous son emprise ?

Après s’être reposer un instant, son frère ne la laissa pas faire un pas de plus et la porta dans ses bras. Elle le regarda, surprise. Il lui adressa un regard doux et rassurant, lui conseillant de se reposer. Ce n’était que maintenant qu’elle se rendait compte, qu’en effet, elle était vraiment épuisée. En plus, elle avait les pieds en feu à force de marché pied nue. Elle s’était protéger d’une légère couche de glace protectrice mais certain petite cailloux effilés ne l’avait pas loupé. Elle ne chercha pas à se débattre et accepta l’aide de son frère sans broncher cette fois. Elle était impressionnée par la force dont il faisait preuve, elle avait l’impression d’être une simple poupée de chiffons dans ses bras. Il la soulevait et la portait sans peine, ses pas restait léger, les conditions étaient idéales pour une sieste. Elle laissa le sommeil avoir raison d’elle et s’endormit dans les bras de l’argenté. C’était un sommeil très léger, mais cela suffirait pour qu’elle se concentre à soigner complétement ses plaies sans se fatiguer d’avantage.

Elle ne saurait dire combien de temps dura la marche de son frère pendant son sommeil léger. Mais une voix fine vint la réveiller doucement. Elle repassa les mots prononcer pour tenter les remettre dans l’ordre et de leur donner un sens.

*…Killika ?*

Elle n’était pas sûre … Elle ouvrit doucement les yeux en gigotant légèrement. Killika. C’était donc le nom du village qui les accueillait ?
Son frère la laissa posé pieds à terre et la demoiselle regarda autour d’elle pour examiner l’endroit où ils avaient atterrit. C’était un village absolument charmant, très jolie. Paisible, fleurit, des gens souriant. De quoi vous dégouter de la ville en une seconde. Elle se voyait déjà acheter une maison ici, pour y couler des jours heureux et paisible avec Vincent … Vincent qui n’était pas là, Vincent qui devait être en train de la chercher, mort d’inquiétude, Vincent qui allait être furieux …

Elle chassa ses pensées négatives et afficha un sourire doux en contemplant le village d’un regard admirateur. Elle adressa un regard tendre et rassurant à son frère, tentant de le détendre un peu.

-Le village à l’air assez grand pour avoir un hôtel ou une auberge.

Gaiement et sereinement, Lucrecia allait adresser la parole à une petit fille qui les regardait.

-Bonjour petite. Fit Lucrecia de sa voix douce et maternel.
-Bonjour madame ! Vous êtes réveillée !
-Oui, j’étais un peu fatigué, ça va mieux. Sais-tu où l’on pourrait trouver un endroit pour manger et dormir ?
-C’est mon papa le patron de l’auberge ! Il peut faire ça ! Vient madame, je vais te montrer.

L’adorable petite blondinette la prit par la main et la traina droit devant. En passant près de l’argenté, la jeune infirmière attrapa à son tour la main de son frère pour l’entrainer avec elle. Elle le rassurait d’un sourire doux et paisible. Elle savait qu’il n’était pas doué dans les contacts humains et il semblait un peu perdu. Les enfants c’était magique, peut-être que grâce à cette petite fille et à ce village tranquille, elle ferait resurgir l’humanité dans le cœur de son frère …

Arrivé à l’Auberge, la petite fille courut derrière le comptoir et monta sur une chaise pour le poster aux côtés de son père, annonçant qu’ils avaient des clients. Le petit air très professionnel de l’enfant éveillant l’instinct de mère en Lucrecia qui eut l’irrésistible envie de lui tirer les joues. Non, elle n’allait pas vraiment le faire, mais elle en avait vraiment envie. Elle aimerait tellement être mère (cette maso) quand cet histoire sera fini, elle adopterait, Vincent sera un père merveilleux et « Tonton-Séphy » les emmèneras à la pèche et leur feront faire l’avion !!!!
LAISSEZ LA REVER

-Bonjour Monsieur, et merci à votre adorable fille de nous avoir montré le chemin. Je voudrais une chambre pour moi et mon frère s’il-vous-plait.
-Ah, vous avez de la chance, il me reste une grande chambre avec deux lits séparés ! C’est parfait pour vous non ?
-Oui, absolument parfait ! Merci beaucoup.

Heureusement, il lui restait de l’argent. Elle s’occupa de régler la note et le brave homme les conduits jusqu’à leur chambre. La pièce était agréable, ça sentait bon le bois, le paquet et les meubles donnait une allure très reposante et chaleureuse à la pièce. Lucrecia alla s’effondrer dans un lit. Malgré l’état critique de la situation, elle semblait heureuse.

-C’est absolument magnifique ici ! C’est bien mieux que la ville … Quand je commencerais à fonder une vraie famille, je pense venir vivre ici. Je veux élever mes enfants loin de l’académie militaire, loin de la violence … Elle se redressa en souriant. Tu n’aimerais pas vivre ici toi ? Paisiblement …
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Membres
Membres
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/02/2011

Feuille de personnage
Rang: Guerrier Solitaire
Niveau: 10 / 100
Expérience:
0/5000  (0/5000)

MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Mer 8 Fév - 9:58

Lucrecia prit les devant, et envisagea de trouver un lieu de repos pour les deux jeunes gens; le village était plutôt étendu et elle espérait sans doute trouver une auberge quelconque. L'argenté quant à lui sentait les regards plus ou moins discret des villageois se poser sur eux... et cela le mettait mal à l'aise; afin de se "détendre" il posa la main sur la garde de sa lame tout en continuant à suivre sa sœur qui tentait de le détendre... Ils suivirent tout deux la petite fille qui leurs avoua que son père était le patron de l'auberge du village, Lucrecia tirant par la main son frère un peu réticent. Ils pénétrèrent tout trois dans l'imposant bâtiment, peut être le plus gros du village; la, l'infirmière Midgardienne prit la parole à l'intention de l'aubergiste, lui demandant une chambre; chance inouïe, il restait une chambre pour deux personnes de libre, c'était d'ailleurs la dernière chambre libre de l'auberge et la jeune femme assura que cela serait parfait.

Ils montèrent suite à cela dans leurs résidence du moment et Lucrécia se laissa lourdement tomber sur un des deux lits avant de laisser un sourire satisfait et heureux se dessiner sur ses lèvres, avouant à l'immaculé ses sensations à propos de ce lieu. Elle trouvait cela magnifique? que pouvait il y avoir de si beau ici? Il la regarda encore un moment, debout tout prêt d'une fenêtre avant de s'installer sur le second lit, assis, croisant le regard de sa sœur qui lui posa une question bien étrange... s'il n'aimerais pas vivre dans ce village si paisible... A vrai dire, il n'en savait strictement rien... Au lieu de répondre de lui même, il préféra laisser les ressentiments de cette entité qui se joué de lui répondre.

- Non, ce lieu m'écoeur, tout les habitants nous regardent étrangement et de toute manière, mère me l'interdit... en tout cas elle me l'interdit tant que ma mission ne sera pas accomplie. Il laissa un petit temps et reprit à voie un peu plus basse. Elle se rappel de toi tu sais?

Son sourire enfantin reprit place sur son visage fermé alors que la nuit tombé doucement dans la forêt et sur le petit village de Killika. L'argenté laissa aux coté de son lit son long sabre et s'allongea. Même s'il ignorait encore la fatigue, cela faisait un peu plus de deux jours qu'il n'avait pas fermé l’œil et il le savait... il devait dormir, même un peu.

- Tu devrais dormir petite sœur...

Décidé à se laisser tomber dans les bras de Morphée, Sephiroth n'avait qu'une seule et unique crainte... que quelqu'un s'en prenne à sa famille et en l'occurrence à sa sœur au moment ou il ne pouvait pas agir... durant son sommeil...

** Mère? préviens moi au moindre soucis s'il te plais... **


[ H.S : J'ai pas continué trop loin comme ça je te laisse agir à ta guise. ]

_________________________________________________




L'innocence n'existe pas, il n'y a que des degrés de culpabilité.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Jeu 9 Fév - 11:27

Oui, l’espace d’un instant, elle eut vraiment l’impression que Sephiroth allait répondre sincèrement, avec son cœur … Elle avait vraiment espéré qu’il répondre affirmativement, il ferais un bon « tonton Sephy » elle en était certaine … Elle le voyait déjà, souriant, emmenant les enfants en balade, à la pêche, faire l’avion … Les enfants lui arracherait les plumes et cela je ferait rire bien que la douleur doive être vive.
Tout ça n’était qu’une illusion. Un rêve, une utopie. Impossible. Elle baissa les yeux d’un triste et déçu. Comment libérer son frère de cet emprise, de cette haine ?

Elle releva les yeux d’un air étonnée lorsqu’il prétendit que « leur mère » se souvenait d’elle. Ça lui ferait mal ! Elle était resté au côté de sa mère toute sa vie, jusqu’à la fin, ou presque. Il avait fallut qu’elle parte en mission à Utai pour que sa mère perde la vie, seule. Elle ne s’était jamais pardonné de l’avoir laissé mourir seule … Mais au moins, elle avait était là tout au long de sa vie pour l’accompagner.
Et c’est bien pour cette raison qu’elle savait que ce n’était pas sa mère qui parlait à Sephiroth. Elle lui ferait comprendre coute que coute, même si cela devait lui faire du mal, il devait comprendre pour mieux vivre ensuite, oublier sa haine, agir de lui-même.

Elle aurait aimé lui demander des détailles, afin qu’il se prenne lui-même au piège, mais elle le voyait, elle le sentait, il était épuisé. D’un soupir sinistre, elle prononça simplement.

-Ah oui …

Le sourire qu’afficha à l’instant son frère l’empêcha d’ajouter une quelconque remarque pessimiste. Elle observa son frère alors qu’il s’installer pour se reposer. Elle le sentait frustré.

-ça va pour moi, ne t’inquiète pas. Repose toi, tu sais que je peux veiller sur nous, moi aussi.

Elle observa un instant son frère allongé, les yeux fermés. Elle remarqua que la respiration de l’argenté devint plus douce et calme. Elle attendit encore un instant avant de sortir le plus discrètement possible de la chambre. Elle descendit jusqu’à l’accueil pour retrouver le patron l’établissement.

-Excusez-moi, lors de notre voyage, nous avons perdu tout nos baguage. Sauriez-vous où je pourrais acheter des vêtements, de quoi manger et nous laver ?

L’homme lui indiqua chaleureusement et avec précision les endroit où elle pourrait trouver son bonheur et elle partit aussitôt. Elle fit ses emplettes en profitant de l’ambiance paisible qui régnait dans ce charmant village de campagne. Plus elle se baladait, plus elle avait envie d’y passer e restant de ses jours. Mais elle avait d’autre soucis avant ça.

Dans la boutique de vêtements, Lucrecia choisit quelques change, ne sachant combien de temps ils allait resté en cavale. Pour Sephiroth, elle prit une chemise et un ti-shirt noirs ainsi que deux pantalons noir eux aussi.
Quant à elle, elle trouva son bonheur dans une tenue immaculée, un haut coupé en biais et une long jupe décoré qu’une étole blanche. Ce qui lui plut le plus dans cette tenue, c’est que c’était presque la même tenu que Vincent lui avait offert pour leur fiancaille. Il avait fait les choses bien, il lui avait offert une tenue, gardant le mystère jusqu’au bout de la soirée, après un magnifique diné au chandelle et un feu d’artifice…
Elle ne résista pas, elle la prit aussitôt. Elle acheta également des ballerine blanche, ceci lui semblant le mieux pour une marche discrète et longue.
Spoiler:
 
Après s’être muni de quelques cosmétique, elle fila dans la chambre, sans un bruit. Après sa douche, elle revêtit sa nouvelle tenu, elle était toute propre, elle se sentait à l’aise.
L’argenté dormait toujours. Elle sourit et sorti à nouveau, maintenant qu’elle était plus présentable, elle décida d’aller se promener dans le village alors que le soleil commençait doucement à perdre son altitude.
La rivière qui s’écoulait sous la ville était d’une quiétude presque magique. Lucrecia se sentait bien, elle n’était même plus fatigué. Seule une présence lui manquait …

Elle s’arrêta sur un des nombreux pont, et posa les coudes sur la rambarde pour observer le paysage. Elle eut un soupir mit-nostalgique, mi-paisible.

-Tu me manques … Vincent.

Souffla-t-elle. Et pourtant, elle savait qu’il la cherchait et qu’elle ne pouvait pas l’appeler, même si elle pouvait. Car en un coup de file, il serait capable de la retrouver la minute qui suis. Même si elle lui disait de ne pas venir, il viendrait et cela tournerait très mal.

Quelque chose attira son regard … Des hommes en costume noir dénotaient clairement de ce paysage de rurale. Surprise, elle fit un pas en arrière et percuta quelque chose.

-C’était pas facile de te retrouver, mais j’ai gagné.

Elle se retourna aussitôt, reconnaissant cette voix grave et posé. Non, pas celle de Vincent …

-Tseng ?!

(JUSTE FOR YOU MIO !!!!! Enfin, pour moi aussi *ç*)
Les turks, c’est vraiment des sales fouines, elle n’avait rien entendu approché, absolument rien.

-Vincent serait capable de m’en vouloir de t’avoir retrouver, lorsqu’il te demandera, tu voudras bien lui dire que c’est Reno et Rude qui ont réussit ?
-Comment est-ce que …
-Un merveilleux coup de chance, des turks sont déployé sur tout le continent, le hasard à fait que je fouille la bonne zone avec mes hommes.
Elle le jugea d’un regard étrange.

-Qu’est-ce qu’il y a ? Tu vas bien, il ne ta pas fait de mal on dirait … Tu … tu as pas l’air contente de me voir. Je sais que tu aurais préféré voir Vincent mais, il sera la en un rien de temps.
Il prit son téléphone mais Lucrecia lui attrapa le poignet.

-Non !! Ne fais pas ça, je t’en prie !

Le séduisant jeune homme ne comprenait clairement pas la réaction de la demoiselle.

-Sephiroth ne m’a pas enlever, j’ai décider de le suivre. Pour l’aider. Elle se retourna pour surveillé les autres Turks au loin.
-S’il-te-plais … Je dois l’aider, je dois rester avec lui !
-Mais … Lucretia …
-Je t’en prie !
-Vincent me déteste assez comme ça, je ne peux pas lui mentir.
-Tu n’as pas besoin de mentir, tu as juste à … oublier ?
-Il demande un rapport toutes les heures à chaque équipe de recherche.
Oui, c’était bien son Vincent ça, son ours des cavernes …
Lucrecia lâcha le poignet de Tseng en baissant la tête.

-Il ne comprendra pas …
-Comment peux-tu en être aussi sûre ? Tu n’as pas essayé.
-Tseng …

Elle planta son regard indigo dans l’étendu noir des yeux fin du Turk. Elle semblait perdu, elle ne savait plus quoi faire. Il esquissa un sourire et passa sa main sur la joue de l’infirmière vêtu de blanc. Elle eut peur d’elle-même, car l’espace d’un instant, elle songea à le faire chanter en usant de ses charmes. Elle savait que Tseng était honnête, juste et droit, c’était cruel de lui demander de mentir pour elle … Et en même temps, elle savait que si elle le suppliait, il mentirait volontiers pour elle, car il l’aimait.
Non, elle ne pouvait pas faire ça, jouer ave les sentiments d’autrui, ce n’était pas son genre.

*J’ai l’impression que … que cette chose qui contrôle Sephiroth commence à avoir de l’influence sur moi … Comment est-ce possible ?!*
Avant qu’elle ne puisse réagir, Tseng la serrait dans ses bras. Elle posa doucement sa main dans son dos.

-J’ai eut peur pour toi …
-Je vais bien. Sephiroth ne me sera pas de mal.
-Il t’en a déjà fait.
-Fais moi confiance.

Elle se décolla de lui en douceur et porta son regard vers l’auberge.

-Je dois retourner près de lui.
-Lucrecia, il n’y a plus d’espoir.
-Si, il y en a ! Je ne l’abandonnerait pas … Je le ramènerais à la raison. Je pense que plus dure ne sera pas de le ramener à la raison, mais de lui présenter Vincent … Il ne s’entendront pas ces deux là, c’est certain …
Elle osa un léger rire. Elle eut envie de demander à Tseng de passer un message à Vincent de sa part, qu’elle l’aimait, mais elle jugea cela déplacer de demander ça à Tseng.

-Je dois retourner auprès de lui, je suis désolée. Vraiment désolée.

Elle s’éloigna et s’enfuis vers l’auberge, sans savoir si Tseng allait prévenir son équipe ou non. Elle remonta au plus vite dans la chambre, elle surveillerait le mouvement des Turks de la fenêtre.
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Membres
Membres
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/02/2011

Feuille de personnage
Rang: Guerrier Solitaire
Niveau: 10 / 100
Expérience:
0/5000  (0/5000)

MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Ven 10 Fév - 13:35

Le sommeil léger de ce début de nuit laissa rapidement place à un repos lourd et Sephiroth n'avait aucunement entendue sa petite sœur se lever et sortir de la chambre; pourtant, le parquet avait un peu craqué sous les pieds de Lucrecia tandis que la porte quant à elle avait doucement grincé... Il dormait toujours aussi profondément lorsque le manège se reproduisit quelques longues minutes plus tard. L'argenté remua un peu dans son lit avant d'ouvrir un œil puis l'autre, posant directement la main sur son sabre avant même de ce lever. Ouf, il était là et il n'avait pas bougé du moindre millimètre; aussitôt sa main collée au sabre il pouvait sentir la présence rassurante de sa mère bien aimée et il se leva ensuite rapidement.

Lucrecia était là, et surveillait quelque chose par la fenêtre unique de la petit chambre sans avoir encore remarquer le réveil de son frère. Celui ci approcha doucement mais sans discrétion de la jeune infirmière Midgardienne et la questionna d'une voie douce et protectrice, peut être même amicale.

- Lucrecia? Sa taille surplombé celle de la demoiselle mais il ne voyait pas ce qu'elle cherchait à surveiller. Il ce passe quelque chose dehors?

Réflexe conditionné, il porta la main à son long sabre; sa "mère" entra en contact avec lui rapidement, le mettant au courant que quelque chose se tramait dehors, lui précisant la situation.

** Il y à quelques hommes dehors, ils te cherchent et veulent nous séparer et nous abattre. **

** Tu est sur de cela mère? **

** J'en suis certaine Sephiroth... **

** Mais comment ont ils put nous retrouver ici mère? **

Mais plus rien. L'entité se jouant de lui se tut et l'immaculé entreprit de s'en prendre à ces hommes avant que le contraire n'arrive. De plus, il devait protéger sa sœur alors, pensant qu'elle les surveillaient depuis un moment, il fit raisonner sa voie sur un ton un peu plus malsain que plus tôt.

- Qui... sont... ils?

Étrange non? il y avait à peine quelques secondes, il demandait à sa sœur ce qui ce passait et là, instantanément, il était au courant et la questionnait cette fois sur l'identité des hommes la dehors. Décidément, c'était vraiment une âme puissante que renfermé son Zanpakutho... mais la jeune femme ne semblait pas plus surprise que cela, se doutant certainement de comment il avait put être au courant. La chambre était silencieuse mais une aura mauvaise se libéra de l'argenté et une brise puissante commençait à se lever à l'extérieur, signe de son envie macabre. Alors que Lucrecia était toujours silencieuse, l'homme entreprit d'aller rencontrer ses ennemis.

- Je vais les tuer, les faire souffrir et hurler de douleurs s'ils ont osés nous suivre pour nous tuer. Il se retourna vers Lucrecia cette fois le regardant avec des yeux réprobateurs.

- Ne t'en fait pas petite sœur, ça ne sera pas long...

Un léger rire cette fois complètement malsain raisonna dans la chambre mais la jeune femme protesta encore un peu plus, lui demandant de ne pas sortir, et qu'elle voulait lui parler de quelque chose de très important. Ce n'est que maintenant que "Jenova" reprit la discutions avec son fils favoris.

** Elle cherche à les protéger, ne l'écoute pas. **

** Mais mère, tuer ces incapables peut bien attendre quelques minutes non? **

** Non, s'ils appellent des renforts cela risque de devenir une vraie boucherie. **

Il ne répondit à son tour plus, Lucrecia tirant doucement sur son bras avant de faire un passage éclair à la fenêtre. Les Turks étaient toujours là et visiblement, ils n'avaient pas l'intention d'évacuer le village... Le ciel était de plus en plus sombre dehors, on pouvait s'en rendre compte même malgré la pénombre. L'esprit de Sephiroth paraissait plus instable et torturé qu'à l'accoutumé, déchirait entre sa soeur et sa mère... qui devait il suivre? qui devait il écouter? Il irait au plus simple...

Appuyant sur la clanche de la petite porte en bois, il la poussa et s’apprêtait à descendre jouer les bourreaux des pauvres hommes qui le cherchaient.

_________________________________________________




L'innocence n'existe pas, il n'y a que des degrés de culpabilité.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Lun 13 Fév - 11:33

Son frère se reposait toujours lorsqu’elle entra une fois de plus dans la chambre. Elle se dirigea aussitôt vers la fenêtre et tira légèrement le rideau pour observer le mouvement des Turks. Tseng était resté sur le pont, observant la rivière s’écouler doucement. Elle eut une point de remord vis-à-vis de lui, ce qu’elle lui avait demandé devait sans doute créer un grand conflit intérieur pour le jeune Turk.

*Je suis désolée …*

Elle le vit décrocher son téléphone portable, il se redressa et s’éloigna en faisant signe à ses hommes. Elle aurait aimé pouvoir lire sur leurs lèvres …
Elle était tellement inquiète pour l’avenir. Déchiré entre ses proches et son frère. Elle tenait vraiment à eux, elle ne voulait abandonner personne et elle ferait tout pour ne pas avoir ce choix à faire.

La voix de son frère bien aimé raisonna derrière elle. La demoiselle se retourna vers lui, lui adressant un regard inquiet. Elle chercha un instant quoi lui répondre, elle ne savait pas si elle devait lui annoncer qu’il devait fuir ou simplement niais tout danger. Elle frôla la panique lorsqu’il posa la main sur la garde de son sabre, comme si elle pouvait conjurer le sort, elle posa sa main sur celle de son frère. Il planta alors son regard de jade sur elle en lui demandant qui était les hommes à l’extérieur.

Elle chercha une nouvelle fois la réponse adéquate mais son frère s’enflamma sans tarder, décidemment muette, elle tenta de le dissuader d’un regard. Elle attrapa finalement son bras en douceur et son regard réprobateur devint suppliant.

-Non Sephiroth ! Je t’en prie ne fait pas ça, ils ne nous feront rien, j’y veillerais !

L’argentait ne l’écoutait pas et alla jusqu’à la fenêtre pour juger de la situation de ses propres yeux. Il se précipita alors dans le couloir. Lucrecia lui emboita le pas et se précipita pour le retenir par le bras à nouveau.

- Sephiroth, écoute-moi !!

Elle le força à se tourner vers elle (enfin, l’argenté se laissa faire sinon elle n’aurait pas réussi). Elle planta son regard dans celui de son frère, franche, attentionnée.

-Tu me fais confiance, pas vrai ? Je t’ai suivi, pour réparer mes erreurs j’ai tout quitté. Mes amis, tous mes proches … Et même mon fiancé. J’ai tout quitté comme ça, sans prévenir personne. Je suis resté à tes côtes jusqu’au bout alors ne me dis pas que tu ne me fais pas confiance !!
Maintenant qu’elle avait son attention, elle continua.

-Les personnes dehors ne nous veulent pas de mal. Ils me cherchent, parce que je suis partit sans prévenir. Ils pensaient que tu m’avais enlevé, mais j’ai parlé avec eux, et tout est clarifié. Ce sont des amis, ils ne te feront jamais de mal si je leur demande, je t’en prie, n’engage pas le combat ou tout sera fichu.

Elle lui prit les mains, son regard était toujours planté dans celui de son frère afin de lui montrer sa sincérité.

-Notre mère, celle que j’ai connu n’aurait jamais tolérer cela. Elle m’a élevée, avec amour. Dis moi Sephiroth, qu’est-ce que cette voix que tu entends a à dire sur moi ? Se souvient-t-elle de mon premier mot, de ma première bonne note, de mes cauchemars, de mes rêves d’enfant … de mon premier amour ?

Ce premier amour qui en passant, fut le seul.

-Depuis quand te parle-t-elle, dis-moi ?

Comme se colla contre lui et le serra dans ses bras.

-Je t’aime, je regrette tellement de ne pas t’avoir retrouvé avant. Je suis désolée, tellement désolée, j’aurais voulu être là beaucoup plus tôt …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Lun 27 Fév - 13:06

Il ratissait toute le zone, fouillant chaque maison, questionnant chaque personne, et ça depuis plus d'une semaine, il ne dormait pas, ne mangeait quasiment rien. Il ne s'arrêterait pas tant qu'il n'y aurait pas Lucrécia avec lui. Et que ce traitre ne soit mort! Et
éventuellement, pendant qu'il y était, que l'autre crétin de chinois y passe aussi...
Hum..
Il appelait les commandants de chaque groupe toutes les demi-heures pour un rapport archi complet, dans plusieurs cas il leur avait ordonné de refaire les recherches plus poussée car il n'était pas satisfait des rapports.
De plus, son groupe d'homme avait la vie dure...
Lorsque le grand patron des Turcs avait osé faire cesser toute recherches, Vincent c'était mis dans un tel état de colère que personne n'avait encore osé demander de stopper l'opération...aucun homme ne demandait de pause non plus...

Il apella Tseng une enième fois et...

- Je vous conseille de ne plus vous trouver sur les lieux lorsque que j'arriverais, j'avais ordonné qu'on m'apelle IMMEDIATEMENT après l'avoir retrouvée.

Il raccrocha, tellement en colère mais tellement soulagé. n
En 10 secondes montre en mains il fut sur les lieux. Devant cette maudite maison. Il ouvrit la porte sans gêne et découvrit une scène familiale qu'il n'apprécia pas.

- Lucrécia.

Il avait un ton fortement réprobateur dans la voix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Lun 27 Fév - 15:01

Elle sentait son frère s’agitait. Elle percevait le flux de ses émotions s’agiter comme autant de particule radioactive instable. Ses émotions bouillonnaient, elle avait semé le doute au plus profond de lui et sa prétendue mère devait être en train de riposter. Lucrecia le serra un peu plus fort en prononçant son nom, comme pour l’inciter à rester conscient avec elle. Soudain, une voix grave familière résonna derrière elle, la faisant se décoller aussitôt de son frère. Elle se tourna vers Vincent, à la fois impressionnée, surprise, effrayée et soulagée. Elle ne savait pas comment réagir devant l’air réprobateur de son bien aimé.

-Vincent.

Sa voix traduisait le bonheur qu’elle ressentait de le revoir. Elle se précipita dans ses bras mais le sentit clairement hésitant. L’étreinte fut de courte durée. Elle se recula légèrement, passa ses mains sur les joues de l’homme de son cœur pour les caresser, le contemplant d’un regard inquiet. Elle attrapa ensuite ses mains sans lâcher ses yeux pourpres du regard. Maintenant qu’elle se retrouvait face à lui, elle ne voulait plus le quittait. Voilà pourquoi elle n’avait pas pu lui dire au revoir, si elle avait essayé, jamais elle ne se serait résigner à le quitter ne serait-ce que pour quelques jours.
La mine de la jeune infirmière se fit de plus en plus inquiète, son aimé semblait amaigris et fatigué. Dés qu’elle avait le dos tournée, monsieur n’était plus capable de s’occuper de lui. Elle était sûr qu’il n’avait même pas prit le temps de se nourrir correctement. Avait-il dormis au moins ? Des cernes sous ses jolies yeux vermillons avait commencé à se creuser.

-Ho Vincent …. Je suis tellement désolée. Elle serra ses mains en les portants justement sous son menton. Tu as l’air si épuisé … je suis tellement désolée de t’avoir causé de soucis. Je suis heureuse de te revoir mais …

Elle baissa tristement les yeux. Elle restait bien en face de Vincent, le protégeant de Sephiroth et vis versa. Les deux hommes qu’elles aimaient le plus au monde étaient réunis et chacun d’eux étaient clairement instable. Elle ne voulait pas que tout dégénèrent, elle savait que chacun voudrait s’attaquer à l’autre pour elle.

- Vincent, écoute-moi. Il a besoin de moi. C’est mon frère, je dois l’aider, mais il est ronger de l’intérieur par quelque chose d’incontrôlable, c’est pour ça qu’il est si dangereux. Sans cet chose, il irait beaucoup mieux j’en suis convaincu.

Sa voix était suppliante et son regard sincère.

-Je t’aime. Je t’en prie ne lui fait pas de mal, fais ça pour moi.

Elle devait aussi rassurer son frère, elle le sentait particulièrement instable et perturbé, même elle était incapable d’entreprendre ses réactions. Elle lâcha les mains de Vincent malgré elle. Il allait sans doute lui en vouloir, elle-même s’en voulait, mais elle ne pouvait se résoudre à choisir. Elle voulait aider son frère et elle espérait que Vincent comprendrait. Peut-être que maintenant la seule solution serait de détruire définitivement le lien reliant Sephiroth à son Zampakutho.
Elle s’approcha doucement de l’argenté.

-Sephiroth, voici Vincent … Mon fiancé. Tout ira bien, d’accord ? Est-ce qu …. Est-ce qu’Elle te parle toujours ? Que dit-elle ?

Elle savait que cet entité ne se laisserait pas faire, elle n’avait plus qu’à espérer qu’il fasse le bon choix.
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Membres
Membres
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/02/2011

Feuille de personnage
Rang: Guerrier Solitaire
Niveau: 10 / 100
Expérience:
0/5000  (0/5000)

MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Mer 29 Fév - 10:33

Elle venait de laisser planer un doute dans son esprit troublé par tant de révélation et de nouveauté. C'était bien vrai, sa Mère ne lui avait jamais parlé ni de l'enfance de ses frères et sœurs, ni même de sa propre enfance... Au vue de son état, peut être ne voulait elle seulement pas revenir sur des évènements douloureux du passé...

Sephiroth était plus troublé qu'à l’accoutumé encore et commençait à ne plus savoir quoi faire. D'un coté, sa sœur tentait de le faire revenir à la raison et de l'autre une entité se faisant passer pour sa mère l'incitait à faire le mal autour de lui... Ces deux "personnes" était sans aucun doutes les seules qui croyait en lui et il devrait bien vite faire un choix... Lucrecia, ou Jenova... La jeune femme était la, collée contre lui, le prenant dans ses bras alors que la porte de la petite chambre vola presque en éclat, laissant apparaitre cet homme qui faisait partit de ceux qui était venu s'en prendre à lui... Il était visiblement en colère et physiquement diminué; l'argenté parviendrait certainement à s'en tirer sans trop de difficultés face à lui. Sa sœur s'empressa de se jeter dans les bras hésitants de celui qui était l'homme de sa vie, se réjouissant des retrouvailles, se confondant en excuses.

L'immaculé avait rapidement dégainé son long sabre mais ne pouvait l'utiliser: Lucrecia empêchait tout affrontements et attaques, autant de la part de Vincent que de Sephiroth et elle s'empressa ensuite de donner quelques explications à son bien aimé... L'argenté n'écoutait même plus les deux interlocuteurs, non, sa mère lui parlait à nouveau...


* Tu ne DOIT PAS l'écouter, elle les à prévenus pour qu'ils te tuent et pour qu'ils nous séparent, elle est de leurs cotés mon fils.... *

** Mère, tu crois vraiment, ma sœur à l'air de vraiment vouloir m'aider même si elle à encore du mal à croire que tu me parle... **

* Mais tu ne comprend donc pas, elle s'est rapprocher de toi dans l'unique but de te vendre à ses hommes. *

"- Sephiroth, voici Vincent … Mon fiancé. Tout ira bien, d’accord ? Est-ce qu …. Est-ce qu’Elle te parle toujours ? Que dit-elle ?"

Cette voie le tira de ces pensées et il posa ses yeux précédemment vide sur sa petite sœur. Elle tentait de le rassurer au sujet de l'homme qui venait d'entrer et elle lui présenta gentiment... Vincent, c'était son fiancé. Elle demanda ensuite un peu hésitante ce que sa "mère" lui disait en ce moment même...

* Lève ton arme et abat la tout de suite, après il ne te restera que cet idiot à égorger. *

L'argenté ferma les yeux et leva son sabre sous les encouragements de l'entité de son sabre.

* Vas y, encore un peu et frappe ! *

Il ouvrit ces yeux émeraude et les posa sur le visage inquiet de sa sœur; il ne pouvait pas lui faire de mal si bien qu'il décida, au lieu de trancher la gorge de la demoiselle de laisser tomber son arme au sol avant de se prendre la tête dans les mains, complètement perdu, il tomba à genoux sur le parquet de la petite cambre d'hôtel.

- Non mère, je ne peux pas faire ça...

* Je te donne l'ordre de le faire mon fils... sinon, sa ira TRÈS mal pour toi... *

Son état psychologique était réellement mauvais sur le moment si bien qu'il ne parvenait même plus à s'entretenir avec sa mère par la pensée.

- Mais... elle veux seulement notre bien, je ne veux pas lui faire de mal...

Puis plus rien, l'entité certainement en colère s'était tut alors que l'argenté levé les yeux vers la demoiselle, lançant un coup d’œil mauvais vers Vincent et laissant un sourire malsain se déssiner sur ces lèvres. Il était redevenu en l'espace de quelques secondes complètement calme.

- Elle me dit de vous abattre tout les deux, puis de poursuivre le massacre avec tout ces incapables dehors...

Il ré-empoigna son épée jonchant le sol et la rengaina pour le moment, laissant une important bourrasque pénétrer dans la petite chambre, faisant voler en éclat la petite fenêtre.

- Mère est mécontente, elle va m'en vouloir, je ne suis certainement pas digne de l'entendre...

Il avait de ce fait les nerfs à vif, la situation pouvait dégénérer d'un instant à l'autre...

_________________________________________________




L'innocence n'existe pas, il n'y a que des degrés de culpabilité.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Mer 29 Fév - 17:35

Elle entendit Vincent dégainer sa puissante arme à feu alors que Sephiroth brandissait son Katana au-dessus d’elle. Elle tendit le bras vers Vincent et posa doucement la main sur son Zampakutho pour le faire baisser doucement. Vincent restait sur ses gardes, elle savait que si un combat éclatait elle ne pourrait plus rien faire car elle aimait deux hommes particulièrement agressifs lorsqu’ils étaient ivres de colère. Elle s’approcha doucement de Sephiroth sous les mises en garde de Vincent qu’elle ignora. Elle savait que son frère était perturbait, mais elle savait aussi qu’il l’aimait.
Elle prononça le nom de l’argenté avec une extrême douceur, espérant que sa voix serait aussi efficace que n’importe quel discutions argumentative. Elle avait déjà tout dit, mais il fallait un peu de temps pour qu’un remède éradique un poison aussi virulent.
L’argenté lâcha son sabre et se prit la tête dans les mains. Lucrecia resta bien face à lui, faisant toujours barrière entre les deux fauves et offrant sa présence réconfortante à son frère. Elle se dispensa cependant de se toucher dans un premier temps et le laissa un instant affronter celle qu’il avait concidéré comme sa mère pendant tant d’années. Ce Zampakutho était la chose en qui il avait le plus confiance … Se relèvera-t-il d’une tel trahison ? Lucrecia veillait bien là-dessus, elle avait déjà promis qu’elle ne le laisserait pas tomber.

L’argenté s’agita un instant, livré à une véritable batail psychique contre l’esprit de son arme et contre lui-même. Puis il redevint calme tout à coup … Il retrouva son regard cruel ainsi que son sourire mal saint, et Lucrecia crus un instant qu’elle l’avait de nouveau perdu. Elle sentit Vincent se courroucé du regard que Sephiroth venait de lui jeter mais pour son plus grand soulagement, aucun combat n’éclata. Vincent avait le doigt sur la détente, près à coller trois balles entres les yeux jades de l’argentés. Lorsque ce dernier rapportant les menaces proféré par son Zampakutho en le ramassant, elle dû rassurer Vincent du regard pour qu’il demeure immobile. Heureusement qu’il avait gardé son sang-froid, n’importe qui d’autre aurait attaqué par simple instinct. Même lorsque la vitre se brisa, il ne cilla pas.

Tout n’était pas encore gagner, Sephiroth accordé encore de l’importance à cette machiavélique entité. Elle s’approcha doucement de lui et fit sa voix la plus douce et rassurante possible.

-C’est elle qui n’est pas digne … Indigne d’être dans tes mains, indigne même du nom de Zampakutho.

Lucrecia avait toujours estimé que les Zampakutho était de bons esprits don la mission était de protéger leur porteur. Elle avait bon nombre de contre-exemples, car beaucoup de ces esprits semblaient se retrouver bien contre leur volonté dans cette prison matérielle. Mais que cherchait Jenova au final en manipulant ainsi Sephiroth ? C’était ça le plus effrayant, le sens de tout ça.
Elle aurait voulu rajouter à ses mots que Jenova souillait la mémoire de leur mère, ce qui était vrai, mais Sephiroth n’était pas encore près à attendre ça. Peut-être le sera-t-il un jour, le jour où il verra qui était vraiment leur mère …

Elle posa une de ses mains sur celle de son frère et posa l’autre sur le manche du long Katana. Elle senti aussitôt un courant magique particulièrement sombre et malsain la parcourir. Elle eut l’impression qu’un acide parcourait ses veines avant de venir électrocuter son cœur. Elle eut la nausée mais ne silla pas. Elle savait que cet chose tentait de s’infiltrer en elle. Elle savait qu’elle l’entendait maintenant.

*Laisse le tranquille, je n’ai pas peur de toi. *

La jeune infirmière serra les dents et se résigna à lâché prise dans un vertige. Faisant un faible pas en arrière, Vincent et Sephiroth eurent le même réflexe de l’assister pour qu’elle ne chute pas. Elle se reprit aussitôt et leur fit signe qu’elle pouvait tenir debout. Elle effleura son Zampakutho silencieux du bout des doigts et elle se senti aussitôt mieux. Vincent lui demanda si elle allait bien et si elle savait ce qu’il s’était passé. Elle planta son regard indigo dans les yeux jades de son frère. Par se simple regard, elle fit comprendre à son frère ce qu’il s’était passé.

-Sephiroth … Elle ne te veut pas du bien.

La situation était grave et pourtant, une petite flamme en elle était animée par la simple présence de Vincent. Elle profita qu’il se soit rapproché d’elle pour saisir discrètement sa main avec douceur. Là elle allait beaucoup mieux.

*Ce n’est que partie remise Jenova. Je t’aurais, je libérerais mon frère de ton emprise malsaine. Il mérite d’être heureux, crois-moi, tu vas le laisser tranquille, coute que coute. *

Elle sera un peu plus la main de Vincent. Elle ne le regardait pas et avait même ignoré sa question, mais elle voulait qu’il comprenne et qu’il sente à quelle point elle l’aimait et que jamais cela ne changerait, même si elle se montrer plus attentionnée pour son frère en cet instant.

-Laisse-moi te parler de maman …

Elle avait employé un mot bien plus familier et tendre pour qualifier leur mère, leur véritable mère et ce n’était pas anodin. Lucrecia lâcha la main de Vincent à contre cœur et alla prendre son prote feuille en poussant quelques bouts de verres. Elle en sortit une vielle photo représenta sa mère encore jeune et elle alors à peine âgée de deux ans.
Elle tendit la photo à l’argenté. La femme y figurant, leur mère, était très belle.

-C’est elle, c’est maman. Elle était souriante, mais il y avait toujours quelque chose de triste dans son regard. Je crois qu’elle pensait à toi tout le temps. Voilà, c’est elle, notre mère.

Leur mère qui était si souriante, si belle même à son âge avancé car elle avait eu Lucrecia plutôt tard. Mais il est vrai que quelque chose dans son regard sonnait bien tristement. Ce regard rappelait à la jeune infirmière celui qu’elle voyait lorsqu’elle se regardait dans la glace pendant ces deux dernières années, alors qu’elle croyait Vincent mort. Sa mère ne manquait pas d’humour, elle était une très bonne cuisinière, c’est elle qui lui avait tout apprit. Elle adorait Vincent bien que son passe-temps favoris était de faire la « vilaine belle-mère ».
Alors qu’elle tentait de montrer à son frère à quel point c’était une femme bien, une farandole de souvenir venait réchauffer le cœur de la demoiselle avec une certaine nostalgie. Elle s’en voulait de ne pas avoir était là pour accompagner sa pauvre mère dans son dernier soupire …
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Membres
Membres
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/02/2011

Feuille de personnage
Rang: Guerrier Solitaire
Niveau: 10 / 100
Expérience:
0/5000  (0/5000)

MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Jeu 8 Mar - 14:44

Le calme avait reprit place dans son esprit tourmenté et il posa des yeux doux et protecteur sur la jeune demoiselle qui se tenait devant lui, sur celle qui partageait son propre sang, sur Lucrecia, sa petite sœur qu'il aimait tant. Tient, elle voulait communiquer directement avec leurs mère? visiblement oui car elle plaça une de ces deux mains sur la garde du sabre de l'argenté qu'elle relâcha bien rapidement en reculant légèrement étourdie. Les deux hommes, de part et d'autre de l'infirmière vinrent lui prêter main forte sans se soucier l'un de l'autre puis la lâchèrent lorsqu'elle leurs eut fait comprendre qu'elle allait bien. Après cela, elle perça le regard de son frère... Il semblait avoir comprit, de par ce simple regard ce qui venait de ce passer mais il tentait de ne pas faire attention à l'évidence, mais Lucrecia le fit revenir à la réalité., assurant d'une voie franche qu'"elle" ne lui voulait pas de bien... Lui resta silencieux au possible, tentant de comprendre, tentant de se rendre à l'évidence et à la fois de faire confiance à cette voie qui se faisait passer pour sa mère...

La jeune Midgardienne lâcha la main de son fiancé avant d'aller attraper son portefeuille sur la table basse recouverte de quelques bouts de verres qu'elle balaya avant de sortir un morceau de papier... non, une photo qu'elle montra à Sephiroth... Il plongea ses yeux sur le papier brillant mais vieillit. Sa sœur vint l'éclairer, lui assurant que la belle femme y figurant n'était autre que leurs mère... leurs VRAI mère. Sephiroth bien que sur que cette photo était fausse ne savait plus vraiment quoi penser, et une once de doute commencer à germer dans son esprit: Et si pendant tout ce temps il avait été trompé? Et si pendant ces longues années, celle qu'il avait prit pour sa mère n'était autre qu'une entité traitresse?


Il remarqua une certaine mélancolie dans le regard de sa petite sœur alors que le sien était emplis de doute et il s'éloigna quelque peu, prenant la direction de la fenêtre, observant l’extérieur ou les intempéries s'était calmées, cherchant une quelconque réponse à ses interrogations quand cette voie raisonna... légèrement angoissée.


* Mon fils, tu ne vas quand même pas la croire tout d'un coup alors que ta confiance en moi s'étend sur des années ?? *

** Mè... Je suis un peu fatigué... **

Et pour endiguer toute possibilité de communication il laissa tomber son sabre plus loin dans la pièce... il avait besoin de réfléchir, calmement. Devant les yeux interrogateurs de sa sœur, l'argenté s'expliqua, se confiant étrangement.

- Lucrecia... j'aime notre mère mais je ne sais plus du tout quoi penser... j'ai besoin de toi... petite sœur.

Son esprit tiraillé de toute part le rendait dangereusement instable mais pour le moment l'argenté était apparemment calme... plus aucune animosité envers Cloud ni qui que se soit ne venait le perturber; plus aucune envie d'enlever Tifa à ses proches ne dévorait son âme... mais tout cela pouvait revenir à la charge en l'espace de quelques secondes seulement.

Il partit s'assoir sur le rebord de son lit, prenant la tête dans ses mains, déployant bien malgré lui son imposante aile noir qui retomba tristement signe de son état morale vraiment mauvais. Il pensait inlassablement à cette histoire et puis également à ces trois jeunes frères dont il n'avait plus eu de nouvelle depuis un long moment maintenant... et si eux non plus n'était pas vraiment ses frères?

** J'aurais des réponses, et une fois que je les aurais, je tuerais tout ceux qui se sont moqué de moi... oui, c'est ça, je les tueraient et je les feraient souffrir comme jamais, je les entendrais implorer mon pardon... et je les achèverais. **

L'ange déchus portait aujourd'hui plus que merveilleusement bien son nom, sa peine n'était trahie que par un sourire macabre figé sur son visage désespéré.


_________________________________________________




L'innocence n'existe pas, il n'y a que des degrés de culpabilité.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Dim 25 Mar - 12:14

La jeune infirmière craint une réaction excessive de la part de l’argenté, ou plutôt de la part de son Zampakutho mais à sa grande surprise, leur colère n’éclata pas. Son frère relâcha faiblement son arme avant d’avouer à sa sœur qu’elle avait besoin d’elle. Lucrecia avait du mal à le croire, elle avait réussi. Elle était tellement déterminer à tout mettre en œuvre pour le ramener à la raison qu’elle n’avait même pas songé à ce que ça fonctionne si vite. Le petit sacrifice de ces derniers jours n’avait pas était vain, elle avait gagné sa confiance. Un sourire ravis apparut sur ses lèvres malgré le malaise visible de son frère qui alla s’assoir sur le bord du lit, déployant son aile sombre et plongeant sa tête dans ses mains.
Elle échangea un regard satisfait et plein d’espoir avec Vincent, qu’elle sentait toujours froissé. Ils auraient une discussion plus tard, mais il valait mieux que cela se fasse loin des oreilles de Sephiroth, qui risquait de devenir un peu trop protecteur envers sa sœur, un mot plus haut que l’autre et il risquait de s’emporter …

La jeune infirmière s’approcha de son fiancé, le regard suppliant, elle posa doucement sa main sur sa joue et parlant à voix basse.

-Vincent … Le laboratoire, il faut qu’on y emmène Sephiroth. Il n’y a que là que l’on pourra faire quelque chose contre son Zampakutho.

Elle rejoint alors son frère et s’installa à ses côtés. Elle passa sa main sur les douces plumes noirs de son aile avant de passer son bras autour des épaules de son frère. Elle lui adressa un sourire amical et rassurant.

-On peut t’aider. J’ai longuement travaillé sur les Zampakutho et tu n’es pas un cas isolé. Il arrive parfois qu’un esprit trop fort, habitant les armes, cherche à manipuler, contrôler ou même posséder leur hôte. J’ai trouvé un moyen de sceller l’esprit des armes afin de restreindre la communication et l’influence du Zampakutho sur l’autre … C’est une procédure à risque et on ne l’exécute pas à la légère, mais nan ton cas, c’est peut-être nécessaire. Je ne le ferais jamais contre ton grés, peut-être que tu peux en venir à bout de toi-même, en devenant simplement plus fort qu’Elle, dans cette voie aussi, je peux t’aider si tu le souhaite.

Elle l’embrassa sur le front et se leva pour se poster devant lui. Elle se pencha sur son frère et lui présenta un nouveau sourire des plus chaleureux.

-Tu n’as cas venir à la maison en attendant, tu as encore besoin de repos.

Elle lui frotta le sommet du crâne et se redressa pour prendre les quelques affaires qu’elle avait acheté un peu plus tôt. Elle n’eut même pas le temps de consulter Vincent qu’un hélicoptère arrivait dans le petit village pour les conduites jusqu’à Midgard. Le petit appartement, il y a encore quelques mois si vide, se remplissait maintenant à toute vitesse. Vincent, Allen et maintenant Sephiroth. Elle allait se faire un plaisir de cuisiner pour tout le monde !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Dim 25 Mar - 12:36

Vincent avait la main dangereusement crispée sur son arme, un seul mouvement agressif envers Lucrécia, un seul...et il lui collait 50 balles dans la têtes et 50 autres dans le coeur.
Il écoutait faussement calmement ce que Lucrécia lui disait, il guettait la réaction de l'argenté.
Elle vint effleurer la joue de son presque mari et lui demanda un accès au labo des Turks...
Une pression de touche sur son téléphone portable et un hélicoptère fut en route pour les rapatrier.

Elle s'occupait de rassurer ce monstre servile qui lui servait de frère lorsqu'elle dit LA phrase de trop qui fit imploser intérieurement Vincent.
Comment ça..."Tu n’as cas venir à la maison en attendant, tu as encore besoin de repos."
Il était instable, dangereux, cruel et j'en passer, et elle l'invitait comme de rien à venir habiter avec eux?! Pensait-elle une seule seconde au petit immaculé?
Elle espérait vraiment qu'Allen puisse supporter ça? Trouillard comme il était c'était la personne la plus encline du monde à faire une gaffe et à faire devenir fou Séphiroth!
Vincent allait devoir prendre quelques jours de congés. L'ambiance risquait d'être lourde dans le petit appartement.
...Non il le laisserait pas faire ça.

- Je vous attend près de l'hélicotpère.

Une fois à l'abris des oreilles des deux autres il apella Allen.

- Prend tes affaires, tout ce dont tu as besoin, et va demander à Genesis ou sa petite soeur de t’accueillir chez eux quelques temps.

- Mais-

- Dépêche toi, et ne discute pas.

PapaVincent avait parlé.

Il raccrocha et peu après Lucrécia suivie de son frère arrivèrent et montèrent à bord de l'hélicoptère de guerre.
Tous regagnèrent Midgard, et le labo. Sous l'oeil plus qu'attentif de Vincent.
Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Membres
Membres
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 20/02/2011

Feuille de personnage
Rang: Guerrier Solitaire
Niveau: 10 / 100
Expérience:
0/5000  (0/5000)

MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Mer 28 Mar - 9:02

Un moyen plus ou moins dangereux pour parvenir à le sauver de cette entité pseudo-maternelle qui ce faisait passez pour sa mère? Seulement quelques chances de réussite de l'intervention en plein milieu d'un laboratoire secret de Turk's... Étrangement Sephiroth ne se doutait pas du probable piège dans lequel il s’apprêtait à tomber, écoutant avec attention sa sœur, seule personne à qui il avait réussi à accorder sa confiance. Toujours assis sur un des deux lits de la chambre, il remarqua Lucrecia, debout devant lui, les yeux emplis de chaleureuses intentions alors qu'elle lui proposa de s'installer dans leurs appartement à Midgard... L'argenté se leva, surplombant la demoiselle de sa taille avant de répondre d'une voie douce.

- Une procédure à risque... peu m'importe, je veux en finir avec "Elle".

Le vrombissement des pâles d'un lourd hélicoptère de combat raisonné non loin puis la voie du fiancé de l'infirmière tonna, affirmant qu'il les attendaient auprès du moyen de transport. Alors qu'ils sortaient tous de la chambre, l'argenté croisa le regard de nombreux Turk's tous visiblement plus hostile les uns que les autres mais, il se contrôla tant bien que mal... pourtant en étouffer un... ou deux... passerais inaperçu... et ferait comprendre aux autres de baisser les yeux... Non, il ne devait pas et grimpa rapidement dans le lourd véhicule, s'installant auprès de sa sœur. Le trajet fut des plus silencieux et assez court; lorsqu'il fallu descendre, Sephiroth se trouvait face à une lourde porte ultra-sécurisée en plein Midgard. Vincent entra le premier et l'infirmière fermé la marche. Le lieu était plutôt petit et la petite troupe passa finalement une dernière porte donnant sur une salle plus large que les autres emplis de matériel non identifié. Lucrecia l'invita à s'allonger sur le petit lit présent et il s’exécuta, un peu inquiet, comme un enfant qui découvre l'hôpital. Le fiancé de la jeune femme passa tout près et l'argenté l'empoigna à une vitesse impressionnante par le col.

- Trouve quelque chose pour m'attacher le plus solidement possible... juste au cas ou mèr... au cas ou elle parviennent à reprendre le dessus.

Il relâcha Vincent et déposa ses yeux sur le plafond blanc immaculé de la pièce. La une nouvelle tentative de la part de son Zanpakutho raisonna dans son esprit... Il était maintenant incessamment harcelé par cette entité alors qu'elle tentait un bourrage de crâne inefficace. Celle ci ce tut rapidement lorsque l'infirmière éloigna l'arme...

- Lucrecia... C'était une, ci ce n'est LA première fois qu'il appelait sa petite sœur par son prénom. ...Je... il va ce passer quelque chose de mauvais...

Avait il peur? sans doute mais pas seulement, il ressentait quelque chose d'étrange... d'inexplicable... Plusieurs soldat pénétrèrent dans la pièce, ce plaçant aux endroit stratégique... juste au cas ou...

_________________________________________________




L'innocence n'existe pas, il n'y a que des degrés de culpabilité.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Mer 28 Mar - 11:22

Vincent était plus que fâché, cette fois, plus de doute possible. Ses yeux pourpres pouvais presque laissez entrevoir les flammes infernal qui animait sa colère. Etrangement, même comme ça, elle l’aimait toujours autant. Il faisait peur, mais elle l’aimait plus que tout, rien ne changerait jamais cela. C’était une terrible épreuve pour elle, aider son frère au détriment de Vincent. Mais malgré ce qu’il semblait croire, elle ne l’abandonnerait jamais.

Le trajet en hélicoptère fut plutôt cours et silencieux. Très froid aussi. La mutisme de Vincent était inquiétant, elle avait l’impression que son fiancé allait s’enflammer d’une minute à l’autre. Mais il tenait bon, il gardait le contrôle de lui-même. Elle le savait très protecteur et possessif avec elle mais il savait garder son sang-froid et son masque impassible en toute circonstance. Elle posa un regard tendre et amoureux sur lui, mais pas une seule fois il ne croisa son regard, ceci l’inquiétait encore bien plus.

Enfin arrivé au laboratoire, elle accompagna son frère bon l’aider à s’installer et pour le rassurer. Elle commença à manipuler quelques machines et frôle la crise cardiaque lorsque Sephiroth attrapa Vincent. Elle braqua un regard inquiet sur son aimé alors que l’argenté réclamait seulement qu’on l’attache avec plus de précaution. Elle croisa le regard pourpre de Vincent et s’efforça de lui demander de rester calme, silencieusement, seulement pas le regard. Par chance, Vincent se contint et se contenta d’agréer à la demande de Sephiroth en l’attachant solidement et sans ménagement. Lucrecia s’approcha de son frère, le jugeant d’un regard doux, inquiet mais rassurant.

L’argenté sentait quelque chose de mauvais se profiler. La douce infirmière lui adressa un sourire rassurant en passa sa main sur le front de son frère.

-Je vais rester avec toi, ne t’en fais pas. Je ne t’abandonnerais jamais. Elle sera bientôt réduit au silence … Elle marqua une pose, appuya sur quelque bouton sur un machine et plongea son regard azure dans les pupilles féline de son frère.
-Tu es sûr de vouloir faire ça ? S’assura-t-elle.


Il était très dangereux de séparer un porteur de son Zampakutho, encore plus contre son grés. Elle voulait être sûre que toute la volonté de son frère y était.
Il acquiesça, soucieux. Elle lui sourit une dernière fois et l’embrassa sur le front. Des hommes avait placé l’arme de Sephiroth dans une machine, juste à côté. L’infirmière se tourna vers l’ensemble des responsables de la sécurité.

-Je vous demande de ne pas intervenir, sous aucun prétexte. Elle posa les yeux sur son frère, sa main était toujours sur son front pour l’apaiser de sa magie vertueuse. Je suis désolée, Sephiroth, ça risque d’être … très douloureux … Tu es près ?
Il acquiesça une nouvelle fois. Il fallait que tout cela cesse. Lucrecia saisit doucement la main de son frère et lui assura qu’elle ne le lâcherait pas, et qu’il pouvait la serrer s’il souffrait. Elle mit toute les machines en marches, avec quelques assistants qui eux étaient dans une petite cabine, protéger par une épaisse vitre. Elle croisa le terrible regard de Vincent et son cœur en fut un peu plus heurté.

-Lancement de la procédure dans quatre, trois, deux …un … lancement !

Les machines émirent un vrombissement lourd et de plus en plus aigu. Il en émana une vive lumière et Sephiroth ne tarda pas à être tordu de douleur. Lucrecia serra sa main pour lui montrer son soutient mais l’épreuve devait être si douloureuse qu’elle doutait qu’il sente vraiment cette simple pression. Elle essayait de lui parler pour le rassurer et lui donner du courage, mais sa voix était couverte par les cris de douleur de son frère. Elle savait que ça se déroulerait comme ça, mais ça lui faisait plus de mal qu’elle ne l’aurait pensé. Ses yeux se remplir de larmes tant elle culpabiliser de faire ainsi souffrir son frère.

*C’était le seul moyen … C’était la seule chose à faire …* Tentait-elle pour se rassurer.

Les machines émirent alors un son inhabituelle et celle renferma l’arme de Sephiroth commença à vibrer puis à tressauter franchement. Sephiroth hurlait toujours et se débattait avec tant de ardeur qu’il avait desserrait et presque brisé ses liens.
Le plus inquiétant pourtant restait l’état de l’arme. Un vive lueur en émana et la machine implosa carrément. Lucrecia eut un mouvement de recul, sans lâcher la main de son frère, et se protégea le visage par réflexe. Lorsqu’elle reposa les yeux sur la machine … Une entité lui faisait face.

-Qu’est-ce que …

La créature humanoïdes était baignait dans une aura de ténèbres, son corps semblait aspirer la lumière et la magie avoisinante. Lucrecia eut du mal à la distinguer et avant qu’elle n’y parvienne, la créature s’était volatilisée en un puissant rire diabolique.
Sephiroth s’était tu et endormit. Se reprenant de ses émotions, elle se précipita pour examiner l’argenté. Il dormait, simplement. Elle l’embrassa une nouvelle fois sur le front, il allait sans doute dormir quelques heures, peut-être jusqu’au lendemain.
Elle lâcha enfin la main de son frère. Aïe, tiens, en fait ça faisait mal. Elle se massa et s’éloigna de son frère en assurant qu’il avait besoin de repos. Elle alla examiner le long katana de son frère. Elle passa sa main dessus et ressentit quelque chose d’étrange. Elle recula, réalisant soudainement ce qu’elle venait de faire, la terreur l’envahit. Un de ses assistants lui demanda ce qu’il s’était passé.

-Nous ne l’avons pas scellé … Nous … Nous avons fait tout ce qu’elle voulait ! C’est exactement ce qu’elle cherchait !!

Elle se tourna vers l’assemblé, le regard emplis de surprise et de terreur.

-Jenova …. Nous l’avons libéré ! Non, je … JE l’ai libéré …

Elle baissa les yeux, honteuse. Elle venait de rendre sa liberté à une puissante entité apparut sur terre il y a des années, et qui avait était précisément enfermé pour l’empêcher de semer le chaos … Elle laissa quelques assistant avec quelques gardes dans la salle de réveille, avec Sephiroth, afin qu’on la prévienne au cas où il se réveillerait durant son absence. Elle sortit et se dirigea vers une salle « de détente » où l’on trouvait quelques fauteuils et une machine à café. Il était temps de parler à Vincent.

-Je suis désolée … J’aurais dû le prévoir … Qu’est-ce que j’ai fait … Je suis vraiment désolée …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Mer 28 Mar - 14:35

Ils arrivèrent bien escortés dans un des labos des turks et l'argenté s'installa sur le lit.
Vincent passa non loin et Séphiroth lui sasit le col....pour lui demander de bien l'attacher...
Le brun, possédé d'un colère sans nom fit un effort des plus conséquent pour ne pas tuer sur place cet individu.
Il s'éxécuta, et sans aucun ménagement lia des liens autour des poignets et des chevilles de l'argenté qu'il serra à l'en faire souffrir.
Il se retira ensuite. Ce n'étais pas ces affaires.
Lorsque Lucrécia arriva un instant après (il l'avait entendue dire elle-même qu'elle venait de comettre une énorme bétises) il le la regardait toujours pas et restait distant.
Vincent devait donc retourner travailler...en acceptant l'idée de Lucrécia il serait tenu comme responsable au sujet de l'entité.
Il allait avoir de gros ennuis...

Rapidement il vit appel a ces hommes.

- Déployez vous sur toute la ville et ces alentours, installez un périmètre de sécurité et trouvez cette chose. Il traversa la salle d'attente et se dirigea d'un pas sûr vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Mer 28 Mar - 15:02

Il boudait. Mais vraiment beaucoup. Là il boudait carrément, encore plus que lorsqu’elle prenait un café avec Tseng. Elle détestait quand il faisait ça, elle détestait qu’il reste froid avec elle, qu’il l’ignore sans lui échanger ni un mot ni un regard. Il fallait qu’elle fasse quoi pour qu’il la regarde ? Qu’elle se mette à poile en dansant la polka ?
On va la jouer plus soft si vous voulez bien hm …

Elle se précipita vers son fiancé alors qu’il se dirigeait avec détermination vers la sortie. Elle l’attrapa par le bras.

-Vincent !! Attend … Parle-moi, je t’en prie.

Il se stoppa pour restait totalement statique. Il ne se retourna pas, refusant de lui parler et de la regarder. Lucrecia sentit son cœur s’emballer, et ses yeux luirent sous l’effet de quelques larmes qu’elle ne laissa pas coulé.

-Vincent … Regarde-moi, parle-moi, cris-moi dessus, frappe moi-même si tu veux mais je t’en prie, ne reste pas silencieux … Vincent, je t’aime, plus que tout. J’ai cessé de vivre après cet accident, pendant deux ans, je n’étais qu’une ombre, je n’étais plus rien sans toi … maintenant que tu es revenue, tu crois vraiment que je vais t’abandonner ?

Elle tenta de le retourner mais il ne bougeait pas. Une vrai statut de pierre, impossible à déplacer d’un millimètre. Elle se déplaça donc face à lui et chercha son regard en le prenant pas les épaules.

-Sephiroth est mon frère ! Je dois l’aider, mais ce n’est pas pour autant que je t’abandonnerais !! Vincent essaie de comprendre, il a besoin de moi ! Et moi, j’ai besoin de ton soutien.

Elle ne comprenait pas sa réaction. Qu’il lui en veuille pour être partit sans prévenir était une chose, mais elle aurait pensait qu’il la soutiendrait plus que ça. Elle, elle n’avait pas tenue rigueur de ses deux ans d’absence, alors qu’elle le pensait mort, lui était incarner en ce Sebastian Katsuki. Alors qu’elle avait cessé de vivre et s’était couper du monde et de toute forme de joie, lui, dans la peau de Sebastian … combien de femme avait-il put fréquenter ? Elle n’y avait jamais songé avant … pourquoi maintenant ?
Elle chassa tout ça de sa tête avant de se mettre subitement à lui en vouloir pour de fausses raisons.

Un regard, rien qu’un petit regard … Bon, vu la colère lisible sur le visage de Vincent, ça n’allait peut-être pas être si bon d’avoir un regard dans ces conditions. Tant pis, elle voulait qu’il la regarde, qu’il lui parle, lui dise n’importe quoi. Qu’il lui dise qu’il l’aime ou qu’il la déteste, qui vide son sac, déballe tout ce qu’il avait sur le cœur … Qu’elle puisse au moins d’expliquer, rassurer ses craintes. Bon la pour le rassurer ce n’était pas gagner, elle venait de lâcher un monstre très dangereux en pleine nature … Elle n’avait pas assuré sur ce coup la. En y réfléchissant, c’était tellement évident … Elle avait tant d’influence su Sephiroth et tout à coup, elle avait le laisser couper tous ses moyens de manipulation ? C’était trop facile, pourquoi n’avait-elle pas deviné …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Mer 28 Mar - 15:28

-Vincent !! Attend … Parle-moi, je t’en prie.

L'homme en colère attendait, la main sur la poignée de la porte.

-Vincent … Regarde-moi, parle-moi, cris-moi dessus, frappe moi-même si tu veux mais je t’en prie, ne reste pas silencieux … Vincent, je t’aime, plus que tout. J’ai cessé de vivre après cet accident, pendant deux ans, je n’étais qu’une ombre, je n’étais plus rien sans toi … maintenant que tu es revenue, tu crois vraiment que je vais t’abandonner ?

Il sentit qu'elle tentait de le retourner, sans succès.

- Parce que tu crois peut être que j'ai choisit d'être enfermé dans le corps d'un monstre durant deux ans? Ma condition n'était pas meilleure que la tienne.
Il avait parlé d'un ton abominablement dur.

-Sephiroth est mon frère ! Je dois l’aider, mais ce n’est pas pour autant que je t’abandonnerais !! Vincent essaie de comprendre, il a besoin de moi ! Et moi, j’ai besoin de ton soutien.

- Dans cette situation, te soutenir, c'est le soutenir. Or, il n'en mérite aucun, un être tel que lui ne mérite qu'une chose et ce n'est pas du soutiens.


- Et tu ne te rend pas compte de ce que je fais pour toi en ce moment.

Il risquait sa carrière, aussi haut gradé qu'il soit il risquait de perdre sa place, oui il aurait toujours Lucrécia, mais il ne serait plus que l'ombre de lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Dim 1 Avr - 18:32

Les paroles de Vincent la heurtaient au plus profond d’elle-même. Elle venait de se heurter à la dure réalité : jamais sa famille ne serait réunie. Vincent détestait Sephiroth, il ne comprenait pas les actes de l’argenté, le tenant directement responsable.
Les larmes brouillaient un peu plus sa vue, mais aucune ne vint déferler sur sa joue. Et pourtant, Vincent venait de mettre le point sur quelque chose d’important : sont point commun avec Sephiroth. Tout comme lui, il avait dû vivre dans la même peau que celui d’un monstre, totalement contrôle par un esprit malsain, détruisant sa vie. Et pourtant, pour lui ça n’avait duré que deux ans, Sephiroth vivait avec ce fardeau depuis sa plus tendre enfance.

-Dans cette situation, te soutenir c’est le soutenir. Or il n’en mérite aucun, un être tel que lui ne mérite qu’une chose et ce n’est pas du soutiens.

Cette phrase résonna au plus profond de son cœur meurtrie. Elle fut d’abord terriblement triste, vexée puis une profonde colère monta en elle. Elle ne put garder son sang-froid cette fois-ci, elle eut presque l’impression de sortir de son corps pour laisser place à l’esprit d’une furie. Elle ne se sentait plus bouger, elle ne se rendit même pas compte des paroles qu’elle prononçait, ni de la force avec laquelle elle les hurlait.

-Je t’interdis de dire ça ! Comme ose-tu prétendre ce dont mon frère mérite ou non ?! Il n’y ai pour rien, il n’a rien demandé, comme toi quand Sebastian a pris possession de toi !!! Sephiroth était un enfance normal il a juste eu le malheur de recevoir une entité malfaisante ! Elle le contrôlait ! Tu l’as bien vu, Sephiroth était manipulé, possédé !

Elle ne pouvait plus contrôler sa colère, jamais elle ne l’avait autant été. Elle pointa Vincent du doigt (ultime effort pour résister à sa rage qui la poussait pourtant à la frapper).

-Sephiroth est sans doute la personne la plus méritante, il mérite notre aide, il mérite d’être enfin libérer et heureux. Alors je t’interdis de dire qu’il ne mérite pas notre aide. Il n’a jamais rien demandé, jamais il n’aurait faire toutes ces atrocités si un scientifique n’avait pas joué avec lui et une entité destructrices !

Perte soudaine d’adrénaline. Elle venait d’exploser comme une bombe atomique, larguant d’un coup toute sa rage. Maintenant qu’elle était à froid, elle regrettait de s’être emporté, maintenant elle savait que Vincent allait vraiment le prendre mal, à par s’il arrêtait de faire sa tête de cochon et reconnaissait les arguments de la jeune infirmière … Non, il ne fallait pas compter la dessus, c’est un mec, jamais il ne reconnaitra ses torts. Ah les hommes et leur fierté … Si seulement ça aussi ça pouvait se soigner.

Elle le regarda longuement dans les yeux, en silence, aucun d’eux n’esquissa le moindre geste. Elle sentit aussitôt son amour revenir embaumer son cœur, et avec, une grand culpabilité. Elle baissa finalement la tête, honteuse, ne laissant toujours pas ses larmes choir.

-Je suis désolée. Pardonne-moi je t’en prie, je … je ne voulais pas m’emporter ainsi … Mais Vincent, ce dont j’ai besoin, ce n’est pas des trucs, ni de je ne sais combien d’homme pour nous encadrer. Je n’ai pas besoin du matériel de ta société, ni de ta couverture. Je n’ai pas besoin du patron des trucs, tu comprends ? La seule chose dont j’ai besoin, la seule personne … C’est toi, celui que j’aime, que j’ai toujours aimé, et aimerais toujours. Vincent … Si tu fais tout ça à contre cœur, si tu nous vois comme un fardeau, si tu refuses d’essayer de comprendre … Alors ne fais rien. Je ne veux pas être un poids. Je pensais juste que … Nous étions assez proches pour que tu comprennes mon geste. Et avec ce que Sebastian nous a fait, je pensais que tu comprendrais d’autant plus Sephiroth que toi aussi tu as étais impuissant face à une entité. Je ne sais pas ce que tu as fait durant ces deux ans, ou plutôt, ce que Sebastian à fais. Mais jamais je ne t’en tiendrais pour responsable.

Enfin, à part si une fille se ramenait en disant qu’elle avait des enfants de lui … là quand même ça risquait de mal passer.
Elle garda la tête baissée, honteuse. Elle avait peur de la réaction de Vincent … sa fierté allait peut-être à son tour le remplir de colère pour riposter aussi violemment qu’elle l’avait fait … Peut-être partirait-il simplement silencieux …. Ou, saurait-il comprendre ce qu’elle avait désespérément essayé de lui faire comprendre ?
La peur l’envahi. Que ferait-elle …. S’il la quittait ? Elle ne serait rien sans lui. Anéantit. Et avoir sauver son frère ne suffirait sans doute pas à la réconforter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   Mer 4 Avr - 12:24

Alors qu'il comptait enfin abaisser ses foutue poignée et s'en aller les hurlement de Lucrécia se firent entendre.

- Je t’interdis de dire ça ! Comme ose-tu prétendre ce dont mon frère mérite ou non ?! Il n’y ai pour rien, il n’a rien demandé, comme toi quand Sebastian a pris possession de toi !!! Sephiroth était un enfance normal il a juste eu le malheur de recevoir une entité malfaisante ! Elle le contrôlait ! Tu l’as bien vu, Sephiroth était manipulé, possédé ! Sephiroth est sans doute la personne la plus méritante, il mérite notre aide, il mérite d’être enfin libérer et heureux. Alors je t’interdis de dire qu’il ne mérite pas notre aide. Il n’a jamais rien demandé, jamais il n’aurait faire toutes ces atrocités si un scientifique n’avait pas joué avec lui et une entité destructrices !

Un grand silence s'installa alors, il ne la quittait pas des yeux et il savait que cette attitude la mettait mal à l'aise.

- Je suis désolée. Pardonne-moi je t’en prie, je … je ne voulais pas m’emporter ainsi … Mais Vincent, ce dont j’ai besoin, ce n’est pas des turcs, ni de je ne sais combien d’homme pour nous encadrer. Je n’ai pas besoin du matériel de ta société, ni de ta couverture. Je n’ai pas besoin du patron des turcs, tu comprends ? La seule chose dont j’ai besoin, la seule personne … C’est toi, celui que j’aime, que j’ai toujours aimé, et aimerais toujours. Vincent … Si tu fais tout ça à contre cœur, si tu nous vois comme un fardeau, si tu refuses d’essayer de comprendre … Alors ne fais rien. Je ne veux pas être un poids. Je pensais juste que … Nous étions assez proches pour que tu comprennes mon geste. Et avec ce que Sebastian nous a fait, je pensais que tu comprendrais d’autant plus Sephiroth que toi aussi tu as étais impuissant face à une entité. Je ne sais pas ce que tu as fait durant ces deux ans, ou plutôt, ce que Sebastian à fais. Mais jamais je ne t’en tiendrais pour responsable.

Elle avait certes une part de tort, mais elle avait aussi raison. Vincent s'expliqua alors.

- Ce n'est pas toi que je vois comme un fardeau, et de toute manière je n'ai d'autres choix que de m'occuper de ça. J'ai toute la responsabilité sur les épaules pour cette choses qui c'est enfuie.

Il ouvrit la porte.

- Il est vrai qu'il était possédé, mais il y a des choses que je ne peux pas pardonner, qu'on attente a ta vie ou ta liberté par exemple.

C'étais dis...
Son téléphone sonna, il décrocha, écouta quelques secondes et raccrocha. Le devoir l'apellait.

- J'ai une entité à exterminer.

Puis il s'en alla.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un instant de repos au milieu de la cavale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un instant de repos au milieu de la cavale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Début de soirée en milieu hostile ...
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» les viandes que mangent les habitants de la terre du milieu
» gauche, droite, milieu.......
» Que je meurs à l’instant si l’envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent [ pv Monsieur ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Otherworld :: •Le RPG• :: •Les forêts Balambienne• :: •Village de Killika•-
Sauter vers: