AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Don Juan éploré

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Le Don Juan éploré   Mer 25 Jan - 18:33

Il était plutôt froid. Elle ne s’attendait pas non plus à ce qu’il explose de joie en la voyant mais ça la choquée tout de même de le voir comme ça. A tel point qu’elle éprouva une grande compassion envers lui. Elle avait envie de lui tirer les joues, mais c’était tout de même mal venu.
Elle repensa à toute ces fois où lui avait était là pour elle, pour lui faire oublier ses problèmes. Même si il s’arrangeait toujours pour la mettre hors d’elle, elle devait avouer que c’été décompressant. Et puis, si elle était moins du genre borné et teigneuse elle aurait pu rire, dans ces moment-là …

Il reprit la route après de brève parole dans lesquelles elle le senti à la fois triste et vexé. Elle le suivit en silence, elle n’était pas douer pour les mots. Il faut dire qu’elle avait vécu très longtemps pour Elle et son village seulement. De longues années de solitudes, ou avec seulement Tsuki comme compagnie. En fait, elle était asociale. Non, elle était non-socialisé. Elle n’avait jamais chercher à se fondre dans cette société, ne pensant qu’à s’entrainer, à son village … Maintenant que son but était atteint elle voyait les choses différemment. Elle se disait qu’elle avait eu tort.
Et avec toute cette histoire, elle ne pensait même plus à le virer de sa chambre. En même temps, elle n’allait pas le faire coucher dehors … Elle le fera un jour, si elle le surprend à la reluquer sous la douche.

Ils arrivèrent en silence dans leur chambre nouvellement commune. A cette pensé, Sheena eut une drôle de sensation.

* « Notre chambre » c’est un peu étrange dis comme ça … C’est « ma chambre squatté par l’Autre » Là c’est plus correcte. *

Le rouquin s’effondra sur le lit comme un phoque, se fondant presque avec la couette qui par ironie (sans doute) était rouge. Elle ferma la porte à clef (pas envie de se faire agresser par des groupies dans la nuit) et posa les mains sur les hanches en observant la loque sur le lit.

-Si tu passes la nuit comme ça, tu vas avoir de très jolies dessins incrustés sur le visage demain matin … je vais bien rire.

Vague grognement … Hm, ça ne servait pas à grand-chose de lui parler. Elle haussa les épaules et alla s’enfermer dans la salle de bain pour remettre sa nuisette et son kimono de tout à l’heure. Comme avait leur départ, elle laissa le kimono ouvert et sorti de la salle de bain pour se diriger vers son lit. Elle s’assied en biais, observant un instant le rouquin qui ne bougeait pas … Si ce n’est un léger tremblement régulier.

*Mince alors …. Il pleure ?*

Le malaise … Zelos qui pleure, qui l’eut cru ? Elle se frotta un instant le coude, la gorge serré. Elle balaya la pièce du regard … Que faire ? Le réconforter ? Elle n’osait pas. Il était si changeant, aussi bien il allait en profiter pour laisser ses mains se balader. Et puis si il faisait ça en pleurant, elle ne saurait comment réagir. Le baffer, faire l’air de rien, le repousser gentiment ?
Elle n’avait pas envie de prendre le risque, elle se méfiait trop. Le fait qu’il ait tué son père ne prouve en rien qu’il ne soit plus pervers !

Elle décida de lui jeter un oreiller sur la tête … pas de réaction. Elle devait peut-être le laisser dormir ? Elle se glissa dans ses couettes en enlevant son haut de kimono et s’allongea sur le dos. Elle fixa longuement le plafond et se tourna vers Zelos qui n’avait toujours pas bougé. Elle l’entendit juste renifler. Elle décida finalement de se relever, elle reprit son oreiller (resté tel quel sur la tête de Zelos), elle tira les couettes le plus fort possible pour les retirer et les replace sur lui. Elle posa une boite de mouchoir juste à côté de sa tête.

-T’as dû attraper froid dehors, j’ai pas envie de me coltiner un malade dans la chambre … Prétexta-t-elle.

Elle retourna dans son lit et lui tourna le dos. Elle savait qu’il pleurait, mais elle savait ce qu’était la fierté d’un homme avec ça, elle voulait lui laisser au moins ça …
Revenir en haut Aller en bas
Zelos Wilder
Membres
Membres
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 27
Localisation : Dans une boite de Strip tease

Feuille de personnage
Rang: Etudiant
Niveau: 6 / 100
Expérience:
500/3000  (500/3000)

MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Dim 29 Jan - 18:20

Il entendit Sheena faire de va et viens, bouger, respirer, et même lui lancer un coussin sur sa tête. A quoi bon réagir ? Zélos était réellement épuisé, aussi bien physiquement que mentalement. après tout, comment réagiriez-vous après avoir tué votre père ? Même si c'est le plus horrible des monstres, un père reste un père. De plus il l'a assassiné devant sa soeur, quoi de plus traumatisant pour la jeune fille ?
La respiration du rouquin était saccadée et secouée par moment d'un reniflement des plus sonores. Au bout d'un moment, l'oreiller sur sa tête disparut et ses couvertures se mirent à bouger : Sheena le couvrit des draps, puis elle posa quelque chose juste à côté de lui. Elle sortit une excuse puis retourna dans son lit.

Le Don Juan savait que la brune avait sorti une excuse vieille comme le monde pour pouvoir "prendre soin de lui", mais il trouva ce geste affectueux très apaisant, surtout venant de sa part. Il s'assit sur son lit, toujours le dos tourné face à sa colocataire, et se moucha. Il fallait qu'il se reprenne un peu en main et qu'il cesse de se morfondre. Certes, il avait des choses à se reprocher, beaucoup même. Mais il devait en faire abstraction et aller de l'avant. Il pensa immédiatement aux paroles menaçantes de Loreleil.

** Elle va sans doute vouloir s'en prendre à Sheena. Il faut que je reste dans les parages... **

Il eut alors une idée de génie. Un petit sourire narquois illumina son visage - bien sûr, la ninja ne le voyait pas le moindre du monde. Un plan se trama dans son esprit masculin, un plan tout simplement par-fait ! Et il le mettra à exécution dès le lendemain, il ne fallait pas perdre de temps avec ce genre de choses...

Le lendemain matin...

Sheena s'était déjà levée lorsque Zélos se réveilla à son tour. Elle avait beau être une fille, elle ne semblait pas connaitre la délicatesse ni le précieux instant du dodo le matin bien au chaud sous la couette. Non, la brune faisait comme si elle était chez elle -c'est d'ailleurs le cas- et ne se gênait pas pour faire du bruit ! Et vas-y que je me cogne contre un meuble en poussant un joli petit juron, que je fais tomber un livre bien épais sur le parquet et que je joue des poêles à frire pour préparer le petit-déj'... Qui d'ailleurs a une odeur fort alléchante.
Zélos se redressa, bailla comme un malpropre et se frotta les yeux rougies à force d'avoir pleuré la veille. La ninja était de dos, une assiette dans la main, une poêle dans l'autre. Lorsqu'elle l'entendit se lever, elle se retourna avec un léger sourire aux lèvres. Elle lui dit maladroitement bonjour et l'informa que le petit déjeuné était prêt. Avec son petit tablier serré, elle était incroyablement sexy ! Le jeune homme s'assit à table et commença à engloutir le repas tandis que Sheena s'assit à côté de lui. Alors qu'il avalait d'un trait le jus d'orange, elle lui demanda ce qu'il comptait faire à présent. Zélos posa le verre sur la table et s'essuya la bouche du revers de sa manche.

- Et bien je vais poursuivre mes études sérieusement, fit-il avec résolution.

La jeune femme ne put s'empêcher de retenir un rire moqueur. Mais il n'avait pas fini, et la suite risquait de moins la faire rire.

- Et je vais aussi rompre avec toutes les filles avec lesquelles je suis sorti à présent (il sentait à présent le regard de la brunette se poser avec surprise sur lui). Si je fais ça, c'est parce que je veux me poser avec ma petite amie, la seule et l'unique.

Sheena faillit tomber à la renverse lorsqu'elle entendit cette annonce. Et oui, Zélos comptait se "poser" avec UNE seule fille ! C'était une chose incroyable comme il en arrive tous les 2000 ans ! Le rouquin se tourna vers Sheena et l'enlaça pour la ramener près de lui.

- Et devine qui est ma petite amie ? Hein, Honey ? ♥





[HS : quand j'ai vu ça dans ta signature, jme suis dit que c'était obligé que je la case dans le forum RP xD C'est tellement... Zélosique ! xD]


_________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-symphonia-by-lina.wifeo.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Dim 29 Jan - 21:29

[ HS : hehe, oui, une de mes scène favorite XD J'en ai plein d'autre gif comme ça, si tu veux je te les passes par MP =p]

Elle s’endormit plutôt rapidement. Elle était loin d’avoir passé une journée éprouvante, malgré la petite émotion de la fin de soirée, mais il semblerait qu’elle n’ait pas encore récupérée de son escapade à Mizuo. C’est tout ce qui lui manquait : une dernière bonne nuit de sommeil. Elle allait péter la forme après ça, elle n’en doutait pas.

Sa nuit fut calme. Elle fit quelques rêves un peu angoissant, d’autant plus troublant qu’ils étaient très floues à son réveil. Elle ne chercha cependant pas plus que ça à s’en souvenir. Les cauchemars de ce jour-là ne la hantait plus, c’était le principal.
Elle fut réveillée tôt, mais elle était en forme. Elle se tourna vers Zelos qui était encore plongé dans un profond sommeil. Le rouquin poussa un terrible ronflement qui fit sursauter la demoiselle. Elle se leva en soupirant et ne pu résister à la tentation de lui envoyer son oreiller en pleine tête, comme la veille. Il renifla, gémit quelque chose et serra le coussin de Sheena contre lui avec un sourire nias. Sheena eut une moue exaspéré et se dirigea vers la salle de bain. Elle se prit les pieds dans une des bottes de Zelos qui trainait au milieu de la pièce, elle donna un grand coup de pied dedans après avoir échappé de justesse à une chute et grommela. Elle s’était encore fait mal aux orteils.

*Ne PLUS donner de coup de pied sans chaussure !*

Elle alla s’enfermer dans sa salle de bain. L’avantage depuis qu’elle était dans cette chambre de l’académie, c’est qu’elle ne s’ébouillantait plus. Dans son ancien appartement, la chaudière semblait prendre à malin plaisir à la geler puis à l’ébouillanter …
Douche prise, elle s’habilla, se coiffa, comme d’habitude. Parfaitement comme d’habitude. Elle se regarda un instant dans la glace et se dit qu’elle avait encore prit des seins. Ou alors, elle s’était trompé en prenant son soutien-gorge … Elle réajusta son ruban dans ses cheveux et sorti pour se cogner aussitôt. Cette fois c’était l’autre pied, mais encore et toujours ses pauvres orteils … Elle cracha quelques jurons et souffla pour faire passer la douleur de ses nerfs en éveille.

Elle se dirigea alors vers le petit espace cuisine, crochant au passage dans un coin de meuble : et paf la hache et bam le livre par terre. Cette fois ses pieds avait était épargné. Elle réprima un grognement et ramassa le bouquin pour le reposer bien au milieu du meuble. Elle l’insulta mentalement avant d’aller ouvrir quelques placards. Elle saisit une poêle, en fit tomber une autre qui atterrit sur son crâne.

*Il faut que je change ses trucs de place.*

Une matinée bien banal, tout était exactement comme avant. Elle et sa mal chance éternel … L’appelle de la nourriture ne tarda pas à ramener Tsuki qui réclamer ses céréales. Sheena lui versa dans un bol et fit couler un peu de café dessus. Tsuki adorait les céréales chocolatés avec du café … Sheena sorti de quoi faire des pancakes, elle en avait jamais fait, en fait, mais elle avait envie de gouter là, maintenant. Envie soudaine pour son nouveau quotidien dénué de ce poids qui l’avait caractérisé depuis toutes ses années.
Elle regarda rapidement la recette dans un livre de cuisine. Il y eut un peu de casse, quelques œufs malencontreusement écrasé par terre, figurait vous qu’elle a réussi à se couper le doigt avec une des coquilles en les ramassant … Si, si, c’est possible quand on s’appelle Sheena.

Malgré toutes ses maladresses, elle les trouvait très beaux ses pancakes ! Bien empilé dans une assiette …

*Je vais prendre une autre assiette avant que la catastrophe si prévisible ne se produise*

Elle posa la pile de pancakes sur la table avec les plus grandes précautions. Elle sorti alors une autre assiette et s’apprêtait à la remplir du dernier pancakes quand elle entendu Zelos arriver. Elle se retourna, étrangement souriante.

*Pourquoi je souris comme ça moi ?*

Elle baissa les yeux et lâcha une brève salutation, effaçant ce sourire indésirable de son visage.

-Salut … Le petit dej’ est près … Elle marqua une pause et prit un air contrarié forcé. Mais espère pas que je vais te faire le service comme ça tous les matins, je suis pas ta servante, t’es plus dans ton manoir.

Le rouquin n’attendit pas plus longtemps pour se mettre à table et dévorer les pancakes qu’elle s’était donné tant de mal à préparer. Tsuki en chipa un à son tour pour le dévorer dans son coin. Sheena avait l’impression d’être entouré de deux bêtes affamé …
La brune prit proprement une des petites galettes et étala un peu de sirop d’érable dessus. Ça aussi, ça allait être la première fois qu’elle allait gouter. Première bouché … pas mal. Deuxième bouché … Ho que c’est sucré … ça donnait soif. Elle but un peu de jus d’orange et posa son regard améthyste sur son goinfre de colocataire.

-Qu’est-ce que tu comptes faire maintenant ?

Elle rirait d’avance de voir ce type chercher du travail et finir comme serveur dans un fast food … ça allait lui faire les pieds ! Il répondit avec la résolution d’un gamin voulant faire ses preuves qu’il allait continuer ses études. Elle pouffa de rire et porta son verre de jus de fruit à nouveau à ses lèvres pour prendre une gorgé. C’est ce moment qu’il choisit pour lui faire la révélation du siècle.
Elle étouffa une première fois se remettant à peine de l’asphyxie, il l’enchaina avec sa deuxième révélation de l’année.
Depuis quand il avait une vrai petite amie lui ?

Elle tenta de faire passer le jus d’orange dans sa gorge et avala comme elle put avant de braquer son regard sur le roux.

-Ta quoi ? Articula-t-elle.

Si il avait une petite amie, elle doutait que ce soit une bonne idée qu’il resta là, dans sa chambre. Ah, petite Sheena, un peu longue à la détente parfois. Elle crut ensuite que c’était une blague et attendit qu’il éclate de rire, mais non. A la place, il passa sa main sur son épaule et l’attira contre lui en posant sa devinette. Son visage devint pourpre et elle plaqua sa main contre le visage du roux et le poussa loin d’elle, le faisant tomber de sa chaise.
Spoiler:
 
-Je sais pas moi ! Mariko Itsugumi ?

Devant le regard du rouquin (qui visiblement, ne voyait absolument pas de qui elle parlait), elle croisa les bras d’un air contrarié et tourna la tête, légèrement hautaine.

-C’est la fille avec qui tu as passé la nuit à Mizuo !

Sheena allait faire de ses vannes un véritable art. Elle espérait lui avoir bien refroidit les idées avec ça. Sans lui adresse un regard de plus, elle finit de manger son pancakes et déplia un petit papier sorti de sa poche. Son emploi du temps … Après avoir vérifié la date, elle se rendit compte qu’elle n’avait pas cours aujourd’hui. Tant mieux … enfin … qu’allait-elle faire du coup ?
Elle eut un nouveau rire, toute seule.

-Toi, une seule et unique fille … Elle termina sa phrase par un nouveau ricanement.
Revenir en haut Aller en bas
Zelos Wilder
Membres
Membres
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 27
Localisation : Dans une boite de Strip tease

Feuille de personnage
Rang: Etudiant
Niveau: 6 / 100
Expérience:
500/3000  (500/3000)

MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Dim 12 Fév - 14:20

Alors qu'il lui annonçait, certes de façon assez désuète et détournée, qu'il la voulait, elle et elle seule en tant que petite amie -chose inimaginable venant de Zélos- elle le repoussa au visage et le fit tomber de sa chaise. Qu'est-ce qu'il avait encore fait de mal ?

- Je sais pas moi ! Mariko Itsugumi ?

** Qui c'est celle-là ?**

Apparemment, il l'avait pensé tellement fort que Sheena l'avait compris -ou bien il devait tirer une belle tête d'ahuri comme il en a le talent. Elle croisa les bras et détourna la tête, contrariée.

- C’est la fille avec qui tu as passé la nuit à Mizuo !

Ah ! Tout devenait plus clair (ou presque). Il se souvint qu'effectivement, il avait passé la nuit avec une des femmes du village, mais il n'avait même pas prit la peine de lui demander son nom. Après tout il n'allait pas revenir de ci-tôt à Mizuo...
La ninja englouti ses pancakes et regardait son emploi du temps tandis que le Don Juan se relevait avec un peu de difficulté, vu la façon dont il était tombé. Il ne put s'empêcher de jeter un petit coup d'œil discret sur sa journée : elle n'avait aucun cours ! Lui par contre, avait quatre heures mal réparties dans la journée... Oh et puis, une journée de sèche de plus ou de moins, qu'est-ce que ça allait changer à sa moyenne ?
La brune ricana.

- Toi, une seule et unique fille …

Qu'est-ce qu'il y avait de si drôle ? Oui, une seule et unique fille pourrait désormais accéder à son cœur, et...

- Et c'est toi, ma Sheena d'amour ! lui chuchotta-il au creux de son oreille en l'enlaçant à la taille par derrière. Quelle chance tu as, pas vrai ?

Spoiler:
 

Et BAF ! Une raclée de plus au compteur... On ne perd pas si facilement les mauvaises habitudes, pas vrai ? Sheena sortit de la chambre en prenant soin de claquer la porte derrière elle en vitesse, laissant Zélos seul dans la chambre.

- Bon et bien, il est temps de s'amuser ! fit-il en frappant dans ses mains.

Et c'est ainsi qu'il se dirigea d'un pas sûr vers la commode de sa co-locataire, l'ouvrit et en tira un merveilleux trésor : un soutien-gorge de taille 95 C minimum ! Si doux, si parfumé et si volumineux ! A l'image de ce qu'il soutien d'ailleurs...
Et par on ne sait quel technique, la propriétaire de l'objet en question pénétra une nouvelle fois dans la chambre. Le rouquin tenait encore la preuve de son méfait pervers entre ses mains. Regardant Sheena s'armer de ses cartes, il tenta de trouver une excuse en se dandinant... En vain. Elle lui lança une flopée de cartes qui le ligotèrent et le firent tomber par terre.


La ninja répliqua comme quoi qu'il ne changerait jamais (tout dépendant sur quoi). Elle le cloua au sol avec quelques cartes supplémentaires, rangea son tiroir et sorti de la chambre pour la seconde fois, et encore plus énervée.

Et oui, à ce niveau-là, Zélos ne changera jamais. Mais tant que ça concernait sa Sheena, il continuera... D'ailleurs, son plan secret se mettait en place tout doucement. Son plan secret intitulé "Conquête du cœur de Sheena pour la St-Valentin" !!
Le jeune homme se tortilla pour sortir des liens de cartes puis extirpa un papier de sa poche :
Phase 1 du plan : jouer le romantique (fleur et chocolats)
Phase 2 : continuer de jouer le romantique avec des mots doux
Phase 3 : l'inviter au bal organisé par l'école pour la St-Valentin
Phase 4 : lui avouer une nouvelle fois ses sentiments lors d'une danse
Phase 5 : de retour dans la chambre...

La suite était effacée. De toute façon, cela aurait surement été interdit au moins de 18 ans. Un plan im-pec-cable où Sheena lui tombera dans les bras !

Dans la tête de Zélos...:
 

D'ailleurs, pour mettre la phase 1 à exécution, Zélos devait suivre la dulcinée et il n'était pas en avance !


_________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-symphonia-by-lina.wifeo.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Dim 12 Fév - 16:32

Elle lui jeta un regard en coin avant de se lever pour débarrasser son assiette, sa tasse et son verre dans le petit évier. Les chambres de l’internat n’étaient pas très grandes, deux pièces : la chambre et la salle de bain. Dans la chambre il y avait un petit coin cuisine séparé par un simple rideau, mais c’était parfait quand on vivait seule …
Oui, seule. Avec un fanfaron comme colocataire, ça risquait d’être bien moins vivable. Elle devait envisager de se trouve un nouvel appartement non loin de l’académie le temps de finir ses études. Lorsque la reconstruction de Mizuo sera achevés, elle pourra faire quelques économies … Qu’allait-elle fait de ses économies ? Elle n’avait jamais songé à cela, comme bien d’autres choses en fait. Elle allait regarder à la télé, dans les séries télé, les jeunes savent toujours vivre comme des jeunes. Elle allait apprendre avec ça … Ou pas.

Elle était déjà bien partie dans ses pensées quand elle sentit des mains se poser sur ses hanches pour s’enrouler comme des serpents autour d’elle. Le souffle chaud de Zelos vint chatouiller son oreille, accompagnant la voix langoureuse du rouquin. Elle surprit un frisson étrange parcourir sa colonne vertébrale. Elle devint plus rouge qu’une écrevisse passée à l’huile bouillante et se débâti pour dégager ses bras et donner un coup de coude en plein plexus du tripoteur.

-Bas les pattes !! Je ne suis pas « ta Sheena d’amour » !

Elle abandonna sa vaisselle et partie en furie dans le couloir. Elle ne savait pas encore ce qu’elle allait faire, mais elle quand ça sera fait elle le saura au moins ! Avant qu’elle n’entame la descente des escaliers, Tsuki l’interpella lui faisant remarquer qu’elle avait oublié la moitié de ses cartes (renfermant pour la plus par ses papiers, son argent et ses clefs).
Elle soupira et tourna les talons, elle ferait mieux de prendre de quoi se couvrir aussi au cas où.

Elle ouvrit la porte et envisager de prendre son nécessaire sans faire attention à Zelos cependant … Là, elle ne pouvait pas l’ignorer. Elle s’immobilisa dans l’encadrement de la porte, fixant Zelos en flagrant délit, caressant et reniflant ses soutiens gorge. Elle l’observa un instant, passa de « outrée » à carrément blasée. Il finit par la remarqué et Sheena pu presque sentir une veine de ses tempes éclater. Le rouquin tenta de bafouiller une excuse bidon mais la brune lui épargna bien vite cette peine en lui envoyant une farandole de carte le saucissonner.

-Tu es vraiment irrécupérable ma parole !!! Sale pervers dégoutant, t’avise plus de fouiller dans mes affaires ou je te crame les tiennes !!!

Cet énergumène allait finir par lui donner des cheveux blancs. Elle allait devenir toutes vielles à 25 ans si ça continuait comme ça. Il fallait qu’elle respire, qu’elle se détende …
Elle fourra ses affaires dans le tiroir prévus à cet effet, attrapa ce qu’elle était venu cherchait au passage et ressorti aussi sec en claquant bruyamment la porte. Plusieurs porte s’ouvrir alors dans le couloir et quelques jeune femme pestèrent en cœur pour que Sheena cesse d’être aussi bruyante.
Elle s’excusa vaguement en grommelant et s’empressa de sortir au plus vite de l’académie. Elle se dit que le meilleur moyen de se détendre était d’aller faire un tour dans des sources chaudes. Oui, bonne idée.
Revenir en haut Aller en bas
Seisaku
Membres
Membres
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 19/08/2011
Age : 25
Localisation : Utai

Feuille de personnage
Rang: Reine Utaïenne
Niveau: 10 / 100
Expérience:
0/5000  (0/5000)

MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Dim 12 Fév - 16:35

Elle était un peu perdu dans toutes ces stratégie militaire, ce n’était pas son élément et ça ne le serait jamais. Elle essayait bien d’aider mais au final, elle préférait laisser faire les professionnels. Elle confiât à la petite assemblée de Utaiens qu’elle sortait en ville pour commencer ses recherches. Elle avait de la chance que toutes les personnes qu’elle devait trouver soit regrouper à Balamb, ça irait sans doute très vite.

Avant de sortir, Kaena lui emboita le pas. Tout ça devait faire beaucoup pour elle et accompagner Seisaku chercher les Utaiens perdu allait sans doute la détendre … Et puis, elle devait faire connaissance avec sa sœur. Et tout bonus : Kaena connaissait Balamb et pourrait la diriger.

Les deux demoiselles décidèrent de se rendre à l’académie, où étaient scolarisé les jeunes Yasashii, sans doute y trouveraient-elles aussi Sheena. Kaena était presque persuadé qu’elle y était elle aussi. La jeune serveuse Balambienne prit les choses en mains et invita sa compagne d’infortune à monter sur son bolide à deux roues. Seisaku n’était pas très rassurée en montant dessus et lorsque que la conductrice fit gronder le moteur en lui conseillant de bien s’accrocher, ce fut pire. Elle s’agrippa le plus fort possible (c’était étonnant qu’elle ne brise aucune côtes à la demoiselle). Enfin arrivé au grille de l’académie, elle s’excusa tout de même auprès de Kaena qui avait les marques sur le ventre … Enfin, elle n’était pas rancunière, tant mieux.

Toujours guidé par Kaena qui semblait vraiment être habitué au trajet, elles se dirigèrent vers le bureau du proviseur. Autant aller droit au but, pas de temps à perdre. Un grand brun vêtu d’un costume militaire blanc et bleu vint leur ouvrir. Il avait les yeux gris clair, son visage imposait le respect. En plongeant son regard dans le sien, la jeune voyante perçu aussitôt qui il était vraiment. Lui aussi venait de Utai … ça, le destin.
Elle n’eut donc pas trop de problème à lui expliquer la situation et ils eurent facilement les informations qu’ils désiraient. Elle hérita du numéro de chambre de Sheena, de son emplois du temps ainsi que de l’adresse et des emplois du temps des petites Yasashii. C’était décidemment plus facile qu’elle ne l’aurait crus.

-Parfait ! On va commencer par aller voir Sheena, elle est peut-être encore dans sa chambre.

Elle jeta un œil sur les informations dont elle disposait et entreprit de sortir du bureau après avoir remercié le proviseur. Avant de refermé la porte, il interpella Kaena, l’intimant d’aller en cours, si elle ne voulait pas en être dispensé définitivement. La demoiselle parut à la fois gênée et soulagé.
Elle referma la porte et s’excusa auprès de Seisaku.

-T’en fais pas, je trouverais toute seule ! Profite en pour bien remettre toutes tes idées en place.
-Ok, on se rejoint dans deux heures au cours des Yasashii !

Signe de main échangée, Seisaku prit la direction des dortoirs. Elle dû chercher un moment avant de tombé dans le bon couloir. Elle marchait lentement, les yeux rivés sur les numéros de porte.

*Ah, c’est là*

Elle lança une de ses longues mèches de cheveux noirs par-dessus son épaule et leva le point en regardant une derrière fois dans le couloir, par réflexe. Le temps qu’elle lâche la porte du regard la porte du regard, elle s’était ouverte. Son point heurta quelque chose de chaud et moue, une de ses phalange se cogna contre quelque chose de froid et dure. Elle fut ensuite bousculée et rattrapé de justesse avant qu’elle ne tombe à la renverse. Ça s’était passé très vite, elle n’avait pas compris grand-chose. Elle releva les yeux vers la personne sans doute un peu trop pressé qui lui était rentré dedans par mégarde. Et resta un instant dubitative, collé à lui (tiens un garçon, se serait-elle trompé d’étage ?) des mains posé sur ses hanches. Elle plongeant son regard dans les yeux azures du rouquin et se décolla enfin.

-Ho, hm … Je suis désolée, vraiment navré je … j’ai dû me tromper d’étage je … je cherchais Sheena Fujibayashi.

_________________________________________________

! Lost memories clic !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zelos Wilder
Membres
Membres
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 27
Localisation : Dans une boite de Strip tease

Feuille de personnage
Rang: Etudiant
Niveau: 6 / 100
Expérience:
500/3000  (500/3000)

MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Lun 20 Fév - 10:02

Alors que le rouquin se précipitait sur la porte de la chambre et l'ouvrit à la volée, il percuta une charmante jeune fille. Réflexe oblige, il la rattrapa en un instant, ses mains posées sur les hanches de la demoiselle.

** Très mignooooonne !! **

Regardant le bleu azuré des yeux de Zélos, elle s'écarta de lui et, d'un air quelque peu gênée, prit la parole !

-Ho, hm … Je suis désolée, vraiment navré je … j’ai dû me tromper d’étage je … je cherchais Sheena Fujibayashi.
- Oh, Sheena ?


Il marqua une courte pause, semblant réfléchir, une main au menton.

- Elle est partie il y a un petit bout de temps, mais tu peux toujours l'attendre ici.

La jeune fille ne semblait pas très partante. Le Don juan lui tendit alors la main et se présenta :

- Je m'appelle Zélos Wilder. Ravi de te rencontrer... ?

Seisaku. Son nom était en harmonie avec son allure : très joli. Il l'invita alors à entrer dans la chambre, prétextant qu'elle n'allait sans doute pas tarder à revenir. La demoiselle entra normalement, sans se soucier du prédateur qui venait de l'attirer dans son antre.
Elle arpenta la pièce, zieutant à gauche à droite avant de s'assoir sur le bord du lit de Sheena, les mains sur ses genoux. Zélos se coucha sur le parquet afin de regarder sous son propre lit. Il plongea sa main jusqu'au fond et en extirpa... une bouteille de vin rouge !

- C'est une excellente cuvée, t'en prendra bien un peu ?

Seisaku semblait perplexe, mais le rouquin lui tendit un verre qu'elle accepta. Il lui rempli la coupe quasiment à ras-bord, alors que lui s'était servi jusqu'au milieu du verre. D'ailleurs, d'où provenait cette bouteille déjà ? Aucune importance, sans doute un présent d'une de ses nombreuses concubines. La jeune fille gouta au breuvage du bout des lèvres, ne sembla pas trop apprécier au début mais prit rapidement l'habitude de porter le verre à ses lèvres. Zélos ponctuait cette petite beuverie clandestine par des sujets de discussion divers et variés, de rires et, bien entendu, de regards et sourires enjoleurs.

Alors qu'il s'était assis en face d'elle, le Don Juan se rapprocha de Seisaku en posant son verre par terre. La demoiselle riait suite à une blague que lui avait dit le jeune homme précédemment - et surtout avec le verre qu'elle venait de boire. Il lui caressa la joue puis s'approcha doucement de son oreille.

- Maintenant, tu vas tout me dire, bien gentiment. Que veux-tu à Sheena ? lui murmura-t-il au creux de l'oreille.

Elle semblait un peu mal à l'aise, mais se laissait embrasser tendrement la joue. Zélos avait peut-être donné son cœur à Sheena, mais cela l'empêcherait-il de continuer à jouer de ses charmes pour obtenir certaines choses ? Prenant le menton de la jeune fille, il planta ses yeux azur dans le regard de Seisaku et lui reposa la question :

- Pourquoi tu veux voir Sheena ?

Au même moment, une floppée de carte l'immobilisèrent, le faisant tomber sur le sol -et reversant la bouteille de vin par la même occasion. La ninja était revenue...

_________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-symphonia-by-lina.wifeo.com/
Seisaku
Membres
Membres
avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 19/08/2011
Age : 25
Localisation : Utai

Feuille de personnage
Rang: Reine Utaïenne
Niveau: 10 / 100
Expérience:
0/5000  (0/5000)

MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Lun 20 Fév - 12:04

Visiblement, le nom de la jeune Utaienne perdu n’était pas inconnu du rouquin. Par réflexe, Seisaku planta son regard dans les yeux du jeune, les sachant très révélateur de la nature d’une personne. De vrai porte ouverte sur l’âme d’une personne … Oui, parfois justement entre-ouverte … ou totalement close … Il ne lui restait plus qu’à regarder par la serrure …
Ses dons de voyance semblait un peu rouillé … En y repensant … Il n’y avait que chez les roux qu’elle avait du mal à voir. Tout d’abord Kazan, le chef de sa troupe de cirque, puis Genesis et maintenant lui … Etait-ce une coïncidence ? Ou le gène roux représenterait-il une immunité contre le soudage psychique ?

Le rouquin l’invita à rentrer dans la chambre pour attendre la demoiselle tant rechercher.

-Et bien c’est que …

Elle jeta un œil dans le couloir, indécise. Si elle repartait tout de suite, elle allait la louper à coup sûr. Autant attendre ici, ça lui laisserais le temps de percer ce jeune homme à jour. Les barrières qui lui faisaient face pour accéder à son esprit ne semblaient pas aussi solide que celle de Kazan, elle réussirait.
Il se présenta en lui tendant la main. Sans lâcher les yeux du rouquin, elle sourit avec cette douceur qui la caractérisait tant et lui serra la main.

-Seisaku.

Elle repensa alors à ce que Hellheim avait annoncé un peu plus tôt. Les hommes du roi traitre de Utai rôdé en ce moment à leur recherche. Elle décida donc de garder son nom de famille pour elle, même si il était effectivement un de ces hommes (bien qu’il n’en ai pas l’air) il l’aurait sans doute déjà reconnu, sans avoir besoin de son nom.
Le rouquin l’invita une nouvelle fois à rentrer en assurant que Sheena ne tarderait pas à revenir. Elle entra prudemment, observa la pièce. Pas de doute, une fille vivait ici. Il n’y avait même pas de trace de garçon … Vivait-il vraiment là ? Ou depuis peu.
Elle remarqua ensuite quelques cartes bien rangées dans un coin. Pas de doute, la Sheena qu’elle cherchait vivait là.
Elle s’assied avec beaucoup de grâce sur le bord d’un des deux lits de la chambre alors que le jeune homme se mettait à quatre pate pour fouiller sous l’autre lit. Elle l’observa d’un air interrogateur quand il sortit une bouteille de vin. Il voulait la saouler ? De plus en plus suspect ce jeune homme. Que faisait-il vraiment ici ?
Si il était bel et bien envoyé par le tyran de Utai, il s’était peut-être déjà occupé de Sheena …

Elle chercha une nouvelle fois les réponses dans les yeux du jeune homme, sans succès. Elle accepta le verre qu’il lui tendait et commença par humer doucement le parfum du breuvage.

*Aucune odeur de poison ou de drogue …*

Elle posa ses lèvres délicates sur le verre pour laisser un peu du liquide pourpre arroser sa langue. Elle dégusta en se concentrant les mille saveurs qui envahissaient ses papilles.

*Pas de trace de tout ça dans le goût non plus … Non, c’est juste du vin …*
Elle reprit une petite gorgé.

*Très bon vin même*

Vivant dans un cirque, elle avait eu peu d’occasion de pouvoir goûter du vin, et le peu de fois que l’occasion se présenta, il n’était pas aussi bon.
Elle planta de nouveau son regard dans celui du séduisant jeune homme. Son regard enjôleur et insolent lui rappelait vraiment son Kazan … Lui aurait-il caché l’existence d’un fils ? Autant de charisme ce n’était pas donné à tout le monde.
Elle travailla un long moment pour percer les secrets de son vis-à-vis et ne se rendit même pas compte qu’elle avait fini son verre.

Le jeune homme lança une dernière blague à laquelle elle ne put résister avant de venir la rejoindre sur le lit où elle était assise. Il plongea son regard dans le sien en caressant doucement ça joue. Oui, il ressemblait vraiment à son chef de troupe, aussi charismatique, même sourire, même geste tendre à son égard.
Gardant un léger sourire léger, elle en profita pour fouiller dans ses yeux. Elle fut totalement soulagé lorsqu’il posa sa question.

*Il veut simplement la protéger alors … Notre méfiance mutuelle n’était qu’un mal entendu.*

Il l’embrassa sur la joue et elle ne protesta pas, elle commençait à déceler quelque chose. Il faisait tout pour lui faciliter la tâche. Elle vu bientôt dans son regard quelques détails sur lui. Elle voyait … Beaucoup de souffrance sous ce sourire. Elle voyait du sang sur ses mains ainsi qu’une culpabilité sans nom … Elle eut alors une expression de compassion, attendrit par cet enfant terrorisé qui déteste la neige … Elle avait l’impression d’avoir cet enfant en larme en face d’elle. Elle n’avait même pas entendu la seconde question de Zelos, et approcher doucement sa main de son épaule quand … Pof. Plus de Zelos. En un éclair, il s’était retrouvait plaqué au sol, saucissonné par une flopé de carte.
Tiré si subitement de sa vision, elle se leva et se tourna vers la propriétaire des cartes. Sans faire attention à ses exclamations et sa rage apparente, la princesse Utaienne s’approcha d’elle d’un air réjouit.

-Sheena Fujibayashi c’est bien ça ?! Je suis vraiment heureuse de vous avoir trouvé si vite !!

_________________________________________________

! Lost memories clic !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Lun 20 Fév - 12:11

Elle s’était rendue à l’arrêt de bus pour traverser la ville et accéder aux sources d’eau chaude. Seulement, après avoir attendu son bus quinze minutes, elle décida d’en prendre un autre et faire une correspondance. Ce bus, elle le prit dans le mauvais sens et s’en rendit compte après cinq arrêts. Elle descendit, reprit un autre bus qui tomba en panne non loin de l’académie.
La poisse était revenue. Elle décida donc d’y aller à pied, ça allait mettre du temps pour traverser la ville, mais moins que si elle prenait le bus au final.
Au moins, tout ce temps passé dans un bus lui permit de discuter avec Tsuki d’un sujet plutôt sensible : Zelos. Le petit animal essayait de faire avouer à sa maitresse les sentiments qu’elle avait envers le séduisant rouquin. Sheena avait de plus en plus de mal à les refouler … Et préféra donc changer de sujet avant de dire un mot de trop.

-Vois le bon côté des choses Sheena, tu as oublié ta carte des bains ! Si tu avais pas loupé le bon bus, tu aurais du traversé la ville deux fois !

Elle n’était pas très convaincu par les parles de Tsuki qui se voulait rassurante … Mais de toute façon au point où elle en était …

Elle décida de remonter dans sa chambre pour récupérer sa carte. Elle prit les escaliers (JAMAIS d’ascenseur ! La seule fois qu’elle a essayé la machine s’était bloquait et c’était plusieurs heures d’attente avant le dépannage … Sans compté la fois où les freins avait lâché et qu’elle avait vu toute sa vie défiler sous ses yeux).
Et puis les escaliers ça gardait en forme. Ça faisait son petit sport.

Elle atteint rapidement la porte de sa chambre (après s’être trompé d’étage et avoir surpris un couple en train de flirter …). Elle enfonça sa clef dans la serrure et tenta de tourner … Tiens c’était ouvert. Elle commençait déjà à imaginait quel racler elle allait mettre à Zelos si il avait osé partir sans fermé à clef quand elle tomba sur une scène auxquelles elle ne s’attendait pas. Non, elle ne pensait pas trouver un couple flirter dans sa propre chambre et sur SON lit en plus !!!!

Une farandole de cartes virent immobiliser le vil rouquin.

-Zelos !! Tu es …

Elle bouillonnait … Il ne changerait jamais. Elle se perdait dans ses insultes et tenta de se ressaisir pour être plus clair.

-Je t’ai dit que je me moquais de ce qui tu faisais et avec qui tu le faisais mais je pensais avoir était BIEN CLAIR en disant qu’il était hors de question que tu ramènes tes coups d’un soir ici ! C’est ma chambre et … et … ET EN PLUS C’EST MON LIT !!!

La demoiselle qui accompagnait Zelos se leva (sans prendre garde au jeune homme d’ailleurs) et s’approcha d’elle d’un air étrangement enjoué. Elle allait l’envoyer paitre mais la jolie brune la coupa en disant qu’elle était heureuse de la voir …

*gné ?*

Sheena eut son petit air farouche et jugea la demoiselle du regard. Elle la détailla de haut en bas. C’était une très belle femme, elle comprenait que Zelos ait voulu flirter avec. Elle avait de très longs cheveux noirs, de jolies yeux bleus foncés, de longs cils lui donnant un regard doux et subtile. La tunique rouge qu’elle portait était très seyante et n’était pas sans rappeler ce que l’on pouvait trouver à Mizuo … Une femme, vêtue ainsi … Elle ne venait pas de n’importe où.

-Qui êtes-vous ? Fit Sheena, sceptique.

La jolie brune se présenta en une légère révérence traditionnelle.

-Seisaku Ookami, princesse et héritière légitime de Utai. Je suis chargée de retrouver chaque Utaien ayant dû fuir lors de la trahison de Crowgard.

Sheena fit les yeux ronds. Elle se pencha légèrement sur le côté pour regarder Zelos qui se débattait contre ses liens.

-Tu tapes dans la princesse toi maintenant ? Tu sais que ça peut passer pour une faute diplomatique ?
-Sheena Fujibayashi du village de Mizuo, je suis venu à votre rencontre pour une requête.

Sheena l’encouragea à continuer d’un simple regard attentif. La brune s’approcha d’elle et parla plus bas pour que Zelos ne puisse pas entendre.

-Nous nous préparons pour reprendre Utai. L’ennemis est puissant et pour parvenir à notre but, nous avons besoin de vous … et des parchemins.
-Les parchemins ? Vous comptez les utiliser ?
-Leur pouvoir nous aiderait beaucoup.
-Je ne peux pas vous les donner. Même si je le faisais, vous ne pourriez pas vous en servir. Pas avant des années. C’est un long apprentissage, et je ne peux pas me permettre de les sortir de Mizuo, se serait trop dangereux si quelqu’un s’en emparait.
-Je comprends … Mais ce pouvoir nous serait d’une grande aide. Sheena, nous sollicitons votre aide.

La brune s’inclina face à Sheena qui fit un léger pas en arrière, impressionnée. C’était plutôt gênant qu’un princesse se prosterne devant vous. Surtout lorsque c’est la princesse de votre cité natal. Sheena lui tendit une carte.

-Contacter moi lorsque vous aurez besoin.

La demoiselle se redressa et remercia mille fois la brune aux yeux violets. Sheena était très gêné par tant de gratitude et fit son possible pour mettre un terme au remercîments, assurant qu’il était naturel qu’elle apporte son aide à sa cité natal.

-Sheena puis-je vous demander une dernière faveur ? Pouvez-vous me retrouver au stade de l’académie dans une heure et demie environ ?
-Pourquoi ça ?
-Vous devez rencontrer quelqu’un.

Sheena chercha à savoir de qui il s’agissait mais la princesse assura qu’elle le saurait bien assez tôt, et qu’elle devait l’apprendre en présence de la personne concernée. La Belle se dirigea vers la porte et se tourna une dernière fois vers Zelos.

-Ah, merci quand même pour le vin. Même si c’était dans le but de me faire parler, j’ai apprécié. Elle posa son regard sur Sheena d’un air sincère. Il est très prévenant et très protecteur avec vous.

Elle esquissa un dernier sourire doux et s’éclipsa. Sheena se tourna vers Zelos qui finissait de mâchouiller ses liens. Donc … il n’était pas en train de flirter si elle comprenait bien ? Moais, pas convaincu, il avait quand même de drôle de façon de faire parler les demoiselles, il avait dû bien en profiter.

La pièce était devenu bien calme … Qu’allait-elle faire de sa journée du coup ? Elle ne pouvait plus aller aux sources … Na sachant pas si elle devait s’excuser ou remercier le jeune homme, elle décida de ne rien dire du tout. Elle l’aida finalement à se défaire du reste de ses liens, restant indécise sur l’expression qu’elle devait afficher. Elle restait froide, mais un peu gêné. Comme très légèrement troubler par la proximité du rouquin. Très légèrement … on d’accord !

-Tu as pas cours toi des fois ? Dit-elle d’une vois froide.

Elle s’assied sur son lit, prit un livre et tendit le bras vers un tiroir pour sortir une petite fiole métallique. Elle porta le goulot à ses lèvres pour prendre une rasade de l’alcool qu’elle refermait et la remit à sa place. Elle avait besoin de se détendre un peu… juste un peu.

Ce soir ça sera Sake, pizza, télé.
Revenir en haut Aller en bas
Zelos Wilder
Membres
Membres
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 27
Localisation : Dans une boite de Strip tease

Feuille de personnage
Rang: Etudiant
Niveau: 6 / 100
Expérience:
500/3000  (500/3000)

MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Jeu 23 Fév - 20:13

Zélos tentait d'amadouer Seisaku pour qu'elle lui révèle ses intentions grâce à ses charmes masculins -pour une fois que c'est l'inverse !
Cependant, plus il se faisait tendre et mielleux avec elle, plus il avait l'étrange sensation qu'elle "sondait" son esprit. Instinctivement, il se remémora la mort de sa mère, et ses dernières paroles...
C'est alors que Sheena fit irruption dans la chambre et le saucissonna avec ses cartes aussitôt qu'elle eut vu les deux jeunes gens l'un à côté de l'autre.

- Zélos !! Tu es...

Il voyait qu'elle retenait ses coups -sans doute à cause de la présence de Seisaku. Elle tenta d'être claire dans ses insultes à son égard, et tout ce qu'il comprit, c'est que Sheena croyait que la jeune fille était l'une de ses nombreuses conquêtes.
Le Don juan aurait voulu protester haut et fort le contraire, mais le goût de la colle et de l'encre de la carte qui le bâillonnait l'en empêchait. Seisaku se leva et s'approcha de la brune d'un air enjouée avant de lui adresser la parole. Sa co-locataire semblait surprise et observa la jeune invitée de haut en bas avant de lui demander son nom.

-Seisaku Ookami, princesse et héritière légitime de Utai. Je suis chargée de retrouver chaque Utaien ayant dû fuir lors de la trahison de Crowgard.

** Une princesse ?! Une VRAIE princesse ? **

Il était seul avec une vraie princesse de sang royal, dans une chambre, sur un lit, avec du vin... Pourquoi n'a-t-il pas pensé à verrouiller la porte ?! il se débattait contre les liens très serrés de la ninja en vain. Il lui manquait très peu de choses dans sa "Liste des conquêtes", et la princesse en faisait partie.
Pour résumé, il avait eu le "plaisir" de faire connaissance avec une boulangère, une femme au foyer (pas très dur, il y en a partout), une fleuriste, une bibliothécaire, une professeur, une scientifique, une jeune mariée (si si, c'est possible), une poissonnière, des jumelles, la mère des jumelles, une domestique (plusieurs en fait mais bon), une actrice, une acrobate de cirque (très souple), une vendeuse, une serveuse et encore une multitude d'autres femmes. Mais pas de princesse. Ni de ninja.

-Tu tapes dans la princesse toi maintenant ? Tu sais que ça peut passer pour une faute diplomatique ?

** Meuh non ! Pas quand c'est Zélos qui danse le collé-serré avec la demoiselle**

Soudain, la discussion entre les deux femmes se fit plus sérieuses, et plus discrète également. Et, bien évidemment, Zélos était tombé dans le mauvais sens. Il continua un petit moment à se débattre pour défaire ses liens, mais rien n'y faire : il était totalement ensaucissonné. Il se tortilla comme un ver de terre pour se remettre à l'endroit et commença à ramper bizarrement vers les deux femmes. Malheureusement pour lui, la conversation se termina et Seisaku se dirigea vers la porte. Elle le remercia pour le vin.
Fail.

Zélos regardait la jeune princesse partir avec dépit. Il s'acharna alors à se défaire de ses liens, quitte à les mâcher. Sheena l'aida finalement à le libérer, mais semblait un peu perturbée, comme lorsqu'il l'avait embrassé. Les deux fois. Elle affichait son visage froid habituel avec ce petit air gêné qui lui seyait si bien.

-Tu as pas cours toi des fois ? Dit-elle froidement.

Elle s'installa sur son lit, un livre et sa petite bouteille de saké à la main. Zélos se doutait qu'elle devait sans doute lui en vouloir parce qu'il était seul avec Seisaku, et surtout proche d'elle. Ce n'était pas du tout l'idée qu'il se faisait de lui prouver qu'il avait changé pour elle...
Le rouquin s'approcha alors de Sheena et la prit par les épaules.

- Sheena...

C'était la première fois qu'il se trouvait en situation gênante -si on ne compte pas les fois où il était surpris par les maris des femmes avec lesquelles il passait la nuit. Il fallait qu'il lui demande...

- Sheena, est-ce que tu accepterais... de venir au bal des étudiants avec moi la semaine prochaine ?


_________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-symphonia-by-lina.wifeo.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Jeu 23 Fév - 21:07

Sheena laissait ses yeux longer les lignes de son livre sans vraiment prêter attention à ce qu’elle racontait. Elle avait surtout prit ça dans le but d’occuper son regard pour ne pas avoir à croiser le regard de Zelos. C’était un effort bien inutile puisque qu’il s’imposa bientôt fasse à elle, mains sur les épaules, regard fixe et déterminé. Seulement, ce n’était pas le Zelos enjôleur habituel. Non, il était animé d’une détermination maladroite qu’on ces jeunes hommes peinant à annoncer leurs sentiments.
Elle le fixa d’un air à la fois agacé et troublé, se demandant bien ce qu’il allait lui dire. En fait, elle craignait et attendait une nouvelle déclaration bien mal venue. Elle aurait bien dû mal à réagir une nouvelle fois à cela, mais la demande de Zelos fut bien plus terrible qu’une énième déclaration. Non, là, il faisait preuve de courtoisie et de romantisme, alors que la déclaration aurait sonné comme de nouvelles paroles en l’air.

Elle rougit comme une tomate bien mûre. Il parlait du bal … du bal organisé pour … la … saint Valentin ? Il était en train de lui demander indirectement d’être sa Valentine !
Il reprit vite son air farouche et le poussa pour mettre un peu de distance entre eux et surtout pour mettre un terme à leur échange de regard.

-Débile, arrête de me charrier !

Elle aurait préféré qu’il se mette à rire et qu’il avoue sa plaisanterie, mais ce n’en était pas une. C’était une vrai invitation, il l’assura.

-Les bals c’est pour les princesses, vas-y avec celle qui vient de sortir.

Elle reporta son regard sur son livre qu’il ouvrit au hasard. Le rouquin, décidemment acharné, il lui déroba et jeta le livre derrière lui d’un air à la fois mesquin, aguicheur avec un je ne sais quoi de sérieux. Elle eut une moue contrariée pour cacher le trouble qui commençait à l’envahir. Il assura une nouvelle fois que c’était avec elle qu’il voulait y aller.

-Je ne sais pas danser de toute façon. Et puis la semaine prochaine je serais sans doute en mission.

Elle se leva pour … pour faire quoi ? Ben … rien. Que voulait-elle bien faire ? Elle regarda Zelos d’un air embêté et décida d’aller chercher le livre qu’il avait jeté histoire de faire semblant qu’elle savait ce qu’elle faisait. Le jeune courut pour la devancer et leva le livre au-dessus de sa tête. Un instant, elle entra dans son jeu sans le vouloir et s’approcha en essayant d’attraper l’ouvrage. Puis, se rendant compte qu’il faisait justement ça pour qu’elle se colle à lui, elle recula et croisa les bras.

-Si tu crois que je vais venir au bal avec toi juste pour un livre … garde le et instruit toi ! C’est cadeau.

* Un bal avec Zelos comme cavalier … De toute façon, j’ai rien à me mettre pour un bal moi … Et il est pas question de ça, je refuse d’être un de ses trophée de chasse et puis même, je l’aime pas, il m’énerve, il est bête nul et moche … *

Elle jeta un petit coup d’œil sur lui.

*Bon ok je peux au moins avouer qu’il n’est pas moche mais il est bête et nul.*

Sheena se souvint alors qu’il y a déjà un moment de cela, Zelos lui avait sauvé la mise et que ce jour-là il lui avait fait promettre de le remercier en acceptant une invitation de sa part. Elle espérait qu’il ne joue pas la dessus … Bien sûr qu’il allait jouer la dessus, et Sheena n’avait qu’une parole.

*Bien, je lui marcherais sur les pieds*
Revenir en haut Aller en bas
Zelos Wilder
Membres
Membres
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 27
Localisation : Dans une boite de Strip tease

Feuille de personnage
Rang: Etudiant
Niveau: 6 / 100
Expérience:
500/3000  (500/3000)

MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Ven 24 Fév - 15:11

-Débile, arrête de me charrier ! répondit-elle.
- Mais je ne plaisante pas.
Zélos voyait qu'elle ne le croyait pas.

- Les bals c’est pour les princesses, vas-y avec celle qui vient de sortir.

Et la ninja reprit la lecture de son livre. Non, il ne fallait pas laisser passer une telle occasion. Le jeune homme lui arracha le livre des mains et le jeta derrière lui sans se soucier le moins du monde où il allait attérir. Il était résigné (pour une fois) et tenait réellement à ce qu'elle accepte. La brune fit une moue contrariée mais le rouquin vit pertinemment que sa demande la troublait.

- Même si elle est belle, je ne veux pas d'une princesse. Je te veux, toi, comme cavalière pour ce bal, et personne d'autre.
- Je ne sais pas danser de toute façon. Et puis la semaine prochaine je serais sans doute en mission.


Elle le fuyait.

- Vraiment ? murmura-t-il.

Elle se leva pour aller chercher son livre qui avait voldingué quelques secondes plus tôt mais Zélos fut plus rapide et le prit avant elle pour le mettre hors de sa portée. Il fallait qu'elle accepte, il fallait qu'elle comprenne que ce n'était plus le même. Il fallait qu'elle accepte qu'il l'aime.
Elle sautillait pour tenter de récupérer l'ouvrage, puis s'arrêta d'un coup, recula et croisa les bras.

-Si tu crois que je vais venir au bal avec toi juste pour un livre … garde le et instruit toi ! C’est cadeau.

**Elle ne manque jamais de répondant, qu'importe la situation. J'adore ça !**

Il regarda un peu le livre qu'il tenait dans ses mains : c'était un roman à l'eau de rose. Et le plus étrange, c'est qu'il l'avait déjà lu. Ben quoi, c'était un bon moyen de trouver de nouvelles techniques de drague.
Et puis, il se souvint qu'elle lui devait quelque chose. C'était l'occasion rêvée ! Elle lui devait bien ça, et Zélos savait qu'elle tenait toujours parole.

- Alors ? Tu veux bien venir avec moi ?

Elle hésitait. Il soupira : l'inviter au bal et la forcer à venir avec lui n'allaient pas l'aider à lui montrer qu'il était différent. Zélos se contenta de lui adresser un sourire un peu déçu et de poser sa main sur son épaule.

- J'attendrais ta réponse jusqu'au bal. Mais sache que je refuserais toutes les demandes des autres femmes, parce que je veux vraiment y aller avec toi.

Il l'embrassa sur le front avant de se diriger vers la porte de la chambre. Il n'allait quand même pas rester dans la pièce après ce qu'il venait de lui dire, non ? Mais alors qu'il tournait la poignée, Sheena l'interrompit.

_________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-symphonia-by-lina.wifeo.com/
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Ven 24 Fév - 15:57

Elle se mit à hésiter lorsqu’il lui demanda une dernière fois si elle voulait venir avec lui. Un bal … Elle essaya d’imaginer ce que ça pourrait donner avec lui comme cavalier. Rien de bon. Toutes ses conquêtes seront sans doute la fusiller du regard, peut-être même pour la pousser ou lui renverser du ponch dessus. Avec la chance qu’elle avait de toute façon, elle réussirait à se renverser du ponch dessus elle-même. Et puis qui dit bal : dit tenue de soirée et escarpin non ? Déjà qu’elle tombe sans arrête avec des chaussures plates et légère, alors avec des escarpins … Elle n’était sans doute pas en mesure d’imaginer le résultat lamentable de cette soirée …

Malgré tout, le regard de Tsuki lui rappela qu’il était temps pour elle de commencer à vivre comment une jeune femme normal. La sincérité de Zelos la déconcerta un peu. Il avait insisté parce que c’était son genre de fanfaron, mais il semblait sincère en voulant y aller avec elle … pour passer une bonne soirée ? Une bonne soirée avec elle ? Il y croyait vraiment ?
Alors qu’il se dirigeait vers la porte, elle décida de finalement accepter l’invitation en espérant ne pas lui faire de fausses joies. En fait, elle ne savait même pas pourquoi elle avait fait ça, peut-être le baisé de Zelos qui l’avait sonné ?

-Ok ! Souffla-t-elle, comme cédant sous la pression d’un enfant capricieux.

Il se retourna vers elle, comme pour s’assurer qu’il avait bien comprit. Ses joues prirent une teinte cramoisie et elle détourna les yeux d’un air boudeur. Elle croisa les bras et frotta maladroitement le sol du bout du pied.

-Mais viens pas pleurer si tu te retrouves avec des crêpes à la place des pieds en fin de soirée …

Alors qu’elle prononçait ces mots, elle se disait qu’elle allait le regretter. Zelos n’était pas fait pour elle, elle le savait. Il était beau et bien trop populaire. Elle, elle s’estimait banal et totalement asociale. Elle n’avait pas les épaules pour se pavaner avec un type comme lui qui était déjà passé sur la moitié des filles de la ville et que 99% des étudiantes souhaiter sortir avec lui et tuerais pour aller au bal avec lui.
Prête à tuer …
Elle devrait peut-être envisager de mettre un gilet par bal avec sa robe … robe ? Mais oui il fallait qu’elle achète une robe ! Quel genre de robe est-ce qu’elle allait bien pouvoir acheter ? ça ne lui allait pas les robe, elle était persuadée qu’elle n’allait ressembler à rien …

Voilà qu’elle commençait à avoir des préoccupations de … fille ?!? D’étudiante ! Comment si il n’y avait rien de plus important qu’un stupide bal !
Observant le tapis qu’elle poussait du bout du pied, elle préféra mettre la situation au clair.

-Ne va pas te faire d’idées, il y a longtemps je t’ai promis de payer ma dette en acceptant une de tes invitations, maintenant c’est fait. Ça ne veut absolument rien dire, c’est clair ? Et puis …

Et puis quoi ? Un instant elle pensa à la veille. Zelos avait dû mettre un terme à la vie de son propre père … Elle savait que le jeune homme avait eu une vie difficile mais … pourquoi s’en préoccupait-elle ? Elle faillit lui dire qu’au moins ça lui changerait les idées mais elle se reprit.

-Et puis rien. Voilà. C’est tout.

Elle se sentait bête, planté au milieu de la pièce comme ça, à jouer avec le tapis. Elle passa son regard sur l’horloge. Il n’était pas encore l’heure pour qu’elle rejoigne Seisaku. Qui voulait-elle lui présenter d’ailleurs … Un de ses parents peut-être ? Comme elle était utaienne ? Elle aimerait bien rencontrer son père … Qu’il joue son rôle en chassant Zelos ! Ce serait le bon moment-là.

*Maintenant je crois que je vais avoir peur d’y aller à ce bal.*

Elle redoutait bien plus que tout ce passe bien plutôt que tout ne se passe mal. Si tout était parfait, elle risquait bien de tomber définitivement sous le charme du séduisant rouquin …
Revenir en haut Aller en bas
Zelos Wilder
Membres
Membres
avatar

Messages : 53
Date d'inscription : 11/01/2012
Age : 27
Localisation : Dans une boite de Strip tease

Feuille de personnage
Rang: Etudiant
Niveau: 6 / 100
Expérience:
500/3000  (500/3000)

MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   Ven 24 Fév - 17:53

-Ok !

Zélos resta figé sur place. Elle acceptait ?! Il se tourna vers elle pour s'assurer que ce n'était pas son esprit qui lui avait joué un mauvais tour. Sheena détourna les yeux, les joues rosies.

-Mais viens pas pleurer si tu te retrouves avec des crêpes à la place des pieds en fin de soirée …

Il esquissa un sourire. Plus rien ne lui importait d'autre : il avait enfin obtenu son rendez-vous galant avec Sheena. Bien sûr, cela n'allait sans doute pas être facile pour elle, ne serait-ce qu'au niveau de la tenue. Quoi qu'une belle robe moulante satiné lui irait à merveille, au vue des courbes généreuses de son corps athlétique. Mais c'est vrai qu'au niveau des chaussures...
Et puis, il y avait bien pire : ses anciennes conquêtes ! Personne ne savait qu'il a mis de côté sa verste de dragueur pour endosser celle de "petit ami". Ca va pas être du gâteau, ce bal...
A moins qu'il ne trouve un beau cavalier pour chacune de ses concubines... Non, impossible, surtout en si peu de temps. Il va falloir surmonter la horde de filles en pleurs (et que Dieu lui en soit témoin, les filles dévastée par un chagrin d'amour sont les plus faciles à draguer !)

-Ne va pas te faire d’idées, il y a longtemps je t’ai promis de payer ma dette en acceptant une de tes invitations, maintenant c’est fait. Ça ne veut absolument rien dire, c’est clair ? Et puis …

Elle laissa un blanc. Il aurait bien rajouté son grain de sel en répondant "et puis quoi, ma douce ?", mais voyant son air préoccupé, il se douta de quelque chose. L'avait-elle entendu pleurer la veille ?!

-Et puis rien. Voilà. C’est tout.

Sheena continuait de taper avec son pied dans le rebord du tapis de sol. Elle regarda furtivement l'horloge. Le rouquin avait complètement oublié que la ninja devait retrouver Seisaku un peu plus tard dans la journée. Et dire qu'il avait tant de choses à préparer ! Car, oui, Zélos est un perfectionniste en ce qui concerne ses rendez-vous. Qui plus est quand c'est avec Sheena ! Il fallait que cette soirée soit PAR-FAITE !

Et alors que la jeune femme lui tournait le dos, il la prit par la taille et la serra contre lui. Sa bouche, juste à côté de son visage, murmura dans le creux de son oreille :

- Merci Sheena. Je t'aime.

Et il lui déposa un gentil baiser sur la joue pour accompagner ses paroles. Il sortit de la chambre d'un pas guilleret sans se retourner vers sa dulcinée.

Il lui fallait tout préparer pour la fameuse soirée, et ce n'était pas gagné ! Fleur, musique, tenue de soirée... il n'y a qu'en ville qu'il allait pouvoir trouver tout cela...

_________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tales-of-symphonia-by-lina.wifeo.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Don Juan éploré   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Don Juan éploré
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi a-t-on enlevé la photo de Juan bosch.
» Juan Carlos
» "Le romantique est un propriétaire. Le Don Juan, un locataire." {-18}
» Le déclin du mouvement lavalas et l'échec de Préval sur le terrain
» Cuba dit aurevoir à Juan Alverida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Otherworld :: •Le RPG• :: •La B.G.U• :: •Les dortoirs•-
Sauter vers: